L'UNESCO appelle à la protection de l'héritage culturel syrien

26 juillet 2012

La Directrice générale de l'Organisation des Nations Unies pour l'éducation, la science et la culture (UNESCO), Irina Bokova, a exprimé jeudi sa préoccupation devant les menaces que pose le conflit de plus en plus violent en Syrie pour le patrimoine culturel de ce pays.

« L'UNESCO est particulièrement inquiète par les informations selon lesquelles des combats acharnés se déroulent à Alep, dont la vielle ville fait partie de la Liste du patrimoine mondial », a déclaré Mme Bokova dans un communiqué de presse.

« Cette ville ancienne, placée stratégiquement sur les routes commerciales historiques entre l'Ouest et l'Est, a conservé un héritage monumental, reflet des diverses cultures qui l'ont traversées au fil des millénaires, dont les Hittites, Assyriens, Grecs, Romains, Omeyyades, Ayyubides, Mongoles, Mamelouks et Ottomans », a-t-elle rappelé.

En raison de la situation sécuritaire actuelle, il n'a pas été possible d'évaluer les dégâts causés à la vieille ville d'Alep et à d'autres sites du patrimoine mondial en Syrie, dont le Crac des chevaliers, Palmyre, les villages antiques du nord de la Syrie et la capitale Damas.

L'UNESCO est particulièrement préoccupée par les risques de pillages du patrimoine culturel. Elle a donc alertée l'Organisation mondiale des douanes, INTERPOL et les autorités des pays voisins de la Syrie pour prévenir le trafic de biens culturels syriens.

Mme Bokova a exhorté toutes les parties prenantes en Syrie à respecter et protéger l'héritage culturel exceptionnel de ce pays, qui constitue une des sources de l'identité et de la fierté de son peuple.

 

♦ Recevez des mises à jour quotidiennes directement dans votre boîte mail - Inscrivez-vous ici.
♦ Téléchargez l'application ONU Info pour vos appareils iOS ou Android.

Suivre l'actualité : précédents articles sur le sujet

L'UNESCO appelle à la protection des sites du patrimoine mondial dans l'est de la RDC

La Directrice générale de l'Organisation des Nations Unies pour l'éducation, la science et la culture (UNESCO), Irina Bokova, s'est dite très préoccupée vendredi par les récents combats dans l'est de la République démocratique du Congo (RDC), qui ont touché plusieurs sites du patrimoine mondial.