Un expert de l'ONU se rendra en Côte d'Ivoire pour y évaluer la situation des personnes déplacées

20 juillet 2012

Le Rapporteur spécial des Nations Unies sur les droits de l'homme des personnes déplacées, Chaloka Beyani, a annoncé vendredi qu'il se rendra en Côte d'Ivoire, du 23 au 31 juillet, pour y évaluer la situation des personnes déplacées de ce pays depuis les violences postélectorales de 2010, qui ont touché près d'un million de personnes au paroxysme de la crise, en mars 2011.

« Je vais examiner dans quelle mesure des solutions durables ont été trouvées à la fois pour les personnes de retour et celles qui ont décidé de rester dans la région où elles se sont réinstallées », a expliqué M. Beyani, dont c'est la deuxième visite en Côte d'Ivoire depuis 2006.

Le Rapporteur spécial examinera aussi les aspects liés à la prévention des déplacements, ainsi que les besoins en matière d'aide, de protection et de solutions durables pour toutes les personnes déplacées internes, qu'ils soient liés à la violence postélectorale, aux cycles précédents de violences politiques ou à d'autres causes telles que les catastrophes naturelles.

Au cours de sa visite de neuf jours, M. Beyani s'entretiendra notamment avec des représentants du gouvernement ivoirien, de la société civile et des agences des Nations Unies, ainsi qu'avec des personnes déplacées internes.

Le Rapporteur spécial présentera ses observations préliminaires lors d'une conférence de presse à Abidjan le 31 juillet 2012. Son rapport complet sera transmis au Conseil des droits de l'homme en mars 2013.

 

♦ Recevez des mises à jour quotidiennes directement dans votre boîte mail - Inscrivez-vous ici.
♦ Téléchargez l'application ONU Info pour vos appareils iOS ou Android.

Suivre l'actualité : précédents articles sur le sujet

Côte d'Ivoire : détérioration de la situation des civils déplacés dans l'ouest du pays

En mission à Tai, où sept Casques bleus ont trouvé la mort dans une embuscade le 8 juin, le Coordonateur humanitaire de l'ONU en Côte d'Ivoire, a constaté mercredi la dégradation de la situation des populations de l'ouest du pays.