Syrie : le Sous-Secrétaire général aux affaires politiques plaide pour une action du Conseil de sécurité

Le Sous-Secrétaire général aux affaires politiques des Nations Unies Oscar Fernandez-Taranco. Photo ONU/JC McIlwaine
Le Sous-Secrétaire général aux affaires politiques des Nations Unies Oscar Fernandez-Taranco. Photo ONU/JC McIlwaine

Syrie : le Sous-Secrétaire général aux affaires politiques plaide pour une action du Conseil de sécurité

Le Sous-Secrétaire général aux affaires politiques des Nations Unies a jugé mardi urgent que le Conseil de sécurité entreprenne un effort véritablement conjoint « susceptible de se traduire par des pressions soutenues et univoques » pour faire respecter intégralement le plan de paix en six points de l'Envoyé spécial conjoint pour la crise en Syrie, Kofi Annan.

« Sinon, nous pourrions nous rapprocher du jour où la crise syrienne échapperait à tout contrôle », a prévenu M. Oscar Fernandez-Taranco devant les membres du Conseil, réunis pour écouter l'exposé mensuel du Département des affaires politiques sur la situation au Moyen-Orient.

Le Sous-Secrétaire général a rappelé que l'arrêt de la violence armée sous toutes ses formes en Syrie était une obligation incombant à toutes les parties, y compris l'opposition. Il a jugé « impératif » que les consultations en cours se traduisent rapidement par des résultats concrets.

Le Sous-Secrétaire général aux affaires politiques a ensuite détaillé les défis sécuritaires auxquels fait face le Liban, et qui découlent en partie de la crise syrienne. Il s'est félicité de la reprise du dialogue national dans ce pays et de l'adoption d'une déclaration commune par laquelle tous les dirigeants libanais s'engagent en faveur d'une politique consistant à se dissocier des crises régionales.

Concernant la question palestinienne, M. Fernandez-Taranco a déploré que les signes encourageants entre dirigeants palestiniens et israéliens, relevés par le Coordonnateur spécial des Nations Unies pour le processus de paix au Moyen-Orient, M. Robert Serry, lors d'une précédente réunion du Conseil, ne se soient pas poursuivis. Il a indiqué que des efforts intenses étaient en cours afin d'éviter une nouvelle impasse du processus de paix.