Syrie : la MISNUS demande l'évacuation des civils des zones de combat

Le chef de la MISNUS, le général Mood. Photo ONU/N. Singh
Le chef de la MISNUS, le général Mood. Photo ONU/N. Singh

Syrie : la MISNUS demande l'évacuation des civils des zones de combat

Le Chef de la Mission de supervision des Nations Unies en Syrie (MISNUS), le Général Robert Mood, demande aux parties prenantes au conflit de permettre aux civils de quitter sains et saufs les zones de combats.

Le Chef de la Mission de supervision des Nations Unies en Syrie (MISNUS), le Général Robert Mood, a exhorté dimanche les parties prenantes au conflit dans ce pays à permettre aux civils de quitter sains et saufs les zones de conflits.

« Les parties prenantes doivent revoir leurs positions et permettre aux femmes, enfants et personnes âgées, ainsi qu'aux blessés de quitter les zones de conflit, sans conditions préalables et ils doivent assurer leur protection », a déclaré le général Mood dans un communiqué de presse.

« Ceci exige une volonté de la part des parties de respecter et protéger la vie du peuple syrien », a-t-il ajouté.

Samedi, le général Mood avait annoncé que les observateurs de l'ONU avaient suspendu leurs activités de surveillance en raison de l'intensification des violences armées à travers le pays depuis plusieurs jours.

Le chef de la MISNUS a expliqué que les tentatives de faire sortir les civils des zones de combat dans la ville de Homs avaient échoué.

« J'appelle les parties prenantes à tout mettre en œuvre pour alléger les souffrances des civils piégés par la violence. La MISNUS se tient prête à suivre leur évacuation dès que la décision sera prise par les parties prenantes », a souligné le général Mood.

Le Conseil de sécurité de l'ONU avait établi la MISNUS en avril afin de surveiller la cessation des violences en Syrie et la pleine mise en œuvre du plan de paix en six points proposé par l'Envoyé spécial conjoint des Nations Unies et de la Ligue des États arabes, Kofi Annan.

Selon les estimations de l'ONU, plus de 10.000 personnes ont perdu la vie en Syrie depuis le début du soulèvement contre le régime du Président Bashar al-Assad il y a 16 mois, dont la plupart sont des civils.