Îles Falkland (Malvinas) : l'Argentine et le Royaume-Uni priés de reprendre leurs négociations

La Présidente de l'Argentine, Cristina Fernández, s'addresse au Comité spécial sur la décolonisation, le 14 juin 2012.
La Présidente de l'Argentine, Cristina Fernández, s'addresse au Comité spécial sur la décolonisation, le 14 juin 2012.

Îles Falkland (Malvinas) : l'Argentine et le Royaume-Uni priés de reprendre leurs négociations

Un comité de l'ONU prie l'Argentine et le Royaume-Uni de reprendre leurs négociations pour trouver une solution au conflit de souveraineté sur les Îles Falkland (Malvinas).

Le comité de l'ONU chargé d'étudier les questions de décolonisation a, jeudi, prié l'Argentine et le Royaume-Uni de reprendre leurs négociations afin de trouver une solution pacifique au conflit de souveraineté sur les Îles Falkland (Malvinas).

Au cours d'une réunion qui s'est déroulée hier, le comité – connu sous le nom de Comité spécial des Vingt-Quatre – a entendu une intervention de la Présidente de l'Argentine, Cristina Fernández de Kirchner, qui a exhorté le Royaume-Uni à « revenir à la table des négociations en toute bonne foi pour surmonter ensemble des préjugés et des clichés qui ne sont plus de mise dans le monde d'aujourd'hui ».

S'adressant hier soir à la presse, le Représentant permanent du Royaume-Uni auprès des Nations Unies, Mark Lyall Grant, a jugé de son côté « décevante » l'escalade de la « rhétorique » employée par le gouvernement argentin au sujet des Îles Falkland (Malvinas) au cours des derniers mois, regrettant que ce conflit de souveraineté continue d'être le seul sujet de désaccord fondamental entre son pays et l'Argentine.

Territoire sous administration britannique, mais revendiqué par l'Argentine, l'archipel, situé à 480 km des côtes argentines, a été l'enjeu d'un affrontement militaire entre les deux pays il y a exactement trente 30 ans, entre avril et juin 1982.

En adoptant par consensus une résolution, le Comité des Vingt-Quatre a déploré qu'en dépit du large appui international en faveur de négociations entre les deux gouvernements, l'application des résolutions de l'Assemblée générale portant sur l'avenir de l'archipel soit restée lettre morte.

Les Îles Falkland (Malvinas), comprennent deux grandes îles, « East Falkland » et « West Falkland », et des centaines de petites îles et îlots. Selon le dernier recensement (2006), dont les résultats ne font pas l'unanimité, la population de l'archipel s'élève à 2 478 habitants.

Dans un document de travail dont était saisi le Comité, il est indiqué que l'Argentine dénonce ce qu'elle a appelé la « militarisation de l'Atlantique Sud » par le Royaume-Uni. Le Royaume-Uni a précisé pour sa part que son dispositif militaire sur les îles avait « pour seul but de protéger le droit qu'a la population des îles de déterminer librement son avenir politique, culturel et économique. »

Depuis plusieurs mois, l'Argentine mène une offensive diplomatique au sujet des Îles Falkland (Malvinas), qui s'était notamment traduite par le dépôt d'une plainte officielle contre le Royaume-Uni auprès du Conseil de sécurité.