La Côte d'Ivoire et le Libéria renforcent leur coopération avec l'ONU pour sécuriser leur frontière

14 juin 2012

Lors d'une cérémonie organisée mercredi à Abidjan en Côte d'Ivoire, le chef des opérations de maintien de la paix des Nations Unies, Hervé Ladsous, a rendu hommage aux sept Casques bleus de l'Opération des Nations Unies en Côte d'Ivoire (ONUCI) tués lors d'une patrouille la semaine dernière dans la région de Tai, dans l'ouest du pays.

Les sept Casques bleus, qui faisaient partie du bataillon nigérien de l'ONUCI, ont été tués le 8 juin dernier lors d'une embuscade tendue par des assaillants armés non-identifiés.

Le Secrétaire général adjoint Ladsous a déclaré que les Casques bleus avaient sacrifié leurs vies au service de la paix. « La médaille décernée à ces vaillants soldats témoigne de notre immense admiration, de notre estime et de notre respect pour eux. Un jour nous saurons ce qui c'est réellement passé et espérons que les responsables seront appréhendés et traduits en justice », a-t-il fait savoir.

Le Représentant spécial du Secrétaire général pour la Côte d'Ivoire et chef de l'ONUCI, Bert Koenders, a de son côté assuré que les Casques bleus n'étaient pas mort dans l'anonymat, mais qu'ils avaient péri pour la cause de l'humanité et seront à jamais dans la mémoire des Nations Unies.

Le Président de la Côte d'Ivoire, Alassane Ouattara, était lui aussi présent, aux côtés du Ministre nigérien de l'éducation supérieure du Niger, Mamadou Youba Diallo. Celui-ci a souligné que la mort des sept soldats n'empêcherait pas le Niger d'honorer ses engagements de pays contributeur de troupes à l'ONUCI en vue de garantir une paix durable en Côte d'Ivoire.

Les chefs de l'ONUCI, Bert Koenders, et de la Mission des Nations Unies au Libéria (MINUL), Moustapha Soumaré, ont d'ailleurs participé mercredi, à Abidjan, à une rencontre quadripartite avec des membres des gouvernements de la Côte d'Ivoire et du Libéria.

L'objet de cette entrevue était de discuter des modalités d'une stratégie visant à renforcer la sécurité de la frontière commune entre les deux pays suite aux attaques perpétrées récemment dans l'Ouest de la Côte d'Ivoire, dont celle contre les sept Casques bleus qui a également coûté la vie à un soldat ivoirien et à au moins dix civils.

Évoquant cet incident tragique, les représentants ivoirien et libérien ont exprimé leurs condoléances. Le Représentant spécial Soumaré, a souligné pour sa part que « ces tristes événements ont rappelé d'une manière brutale le prix très élevé que les Casques bleus sont parfois amenés à payer au service de la paix, sous le drapeau des Nations Unies, dans des pays émergeant de conflit ».

Les deux Représentants spéciaux ont par ailleurs indiqué que ces événements démontraient la nécessité de continuer de renforcer la coopération entre la Côte d'Ivoire et le Libéria, avec l'appui de l'ONUCI et la MINUL pour consolider la paix dans la sous région.

« La situation dans l'Ouest de la Côte d'Ivoire et la région frontalière avec le Libéria demeure volatile. Nous sommes préoccupés par les déplacements de populations entrainés par les attaques récentes », a indiqué M. Koenders.

« Une protection effective des populations civiles, l'appui aux activités humanitaires, un contrôle renforcé des frontières demeurent au cœur des priorités communes de l'ONUCI et de la MINUL. Les coordonateurs humanitaires des Nations Unies dans les deux pays avec le soutien d'OCHA et des acteurs de terrain coordonnent la réponse humanitaire », a-t-il ajouté.

M. Soumaré a par ailleurs précisé que les deux missions des Nations Unies faisaient preuve d'une vigilance maximale et avaient, depuis l'attaque de la semaine dernière, intensifié leurs patrouilles de part et d'autre de la frontière, y compris sur le plan aérien.

 

♦ Recevez des mises à jour quotidiennes directement dans votre boîte mail - Inscrivez-vous ici.
♦ Téléchargez l'application ONU Info pour vos appareils iOS ou Android.

Suivre l'actualité : précédents articles sur le sujet

L'ONU condamne l'attaque qui a tué sept Casques bleus en Côte d'Ivoire

Ban Ki-moon et son Représentant spécial en Côte d'Ivoire ont fermement condamné l'attaque perpétrée vendredi et qui a coûté la vie à sept Casques bleus de l'ONUCI.