Gaza : des agences de l'ONU et une cinquantaine d'autres organisations exigent la levée du blocage

14 Juin 2012

À l'occasion du cinquième anniversaire du blocage israélien de la bande de Gaza, sept agences des Nations Unies et une cinquantaine d'organisations internationales ont signé mercredi une déclaration conjointe exigeant la levée des restrictions.

À l'occasion du cinquième anniversaire du blocage israélien de la bande de Gaza, sept agences des Nations Unies et une cinquantaine d'organisations internationales ont signé mercredi une déclaration conjointe exigeant la levée du blocage.

« À Gaza, pendant plus de cinq ans, plus de 1,6 million de personnes ont subi ce blocage en violation du droit international, dont plus de la moitié sont des enfants. Nous les signataires disons d'une seule voix : mettez fin maintenant au blocage», indique la déclaration.

Parmi les signataires onusiens se trouvent le Fonds des Nations Unies pour l'enfance (UNICEF), le Haut commissariat des Nations Unies aux droits de l'homme (HCDH), l'Organisation des Nations Unies pour l'éducation, la science et la culture (UNESCO), l'Office de secours et de travaux des Nations Unies pour les réfugiés de Palestine au Proche-Orient (UNRWA), l'Organisation mondiale de la santé (OMS), ONU Femmes et le Bureau du Coordonateur humanitaire résident de l'ONU dans les territoires palestiniens occupés.

Mercredi, la Secrétaire générale adjointe aux affaires humanitaires, Valérie Amos, a rappelé que plus de 80% des familles de Gaza dépendent de l'aide humanitaire, qui reste soumises à des restrictions draconiennes de la part d'Israël sur les mouvements de marchandises et de personnes.

Suivre l'actualité : précédents articles sur le sujet

Valerie Amos demande la levée du blocage de Gaza, qui entre dans sa sixième année

Alors que le blocus imposé par Israël à la bande de Gaza entre dans sa sixième année consécutive, la Secrétaire générale adjointe aux affaires humanitaires a appelé mercredi à sa levée immédiate, citant l'impact dévastateur de ce blocage sur les vies et les moyens de subsistance de 1,6 million de Palestiniens.