Un pont aérien permet l'évacuation du Soudan de milliers de Soudanais du Sud

Un pont aérien a permis de rapatrier plus de 300 Soudanis du Sud. Des millers d'autres vont suivre.
HCR/V. Tan
Un pont aérien a permis de rapatrier plus de 300 Soudanis du Sud. Des millers d'autres vont suivre.

Un pont aérien permet l'évacuation du Soudan de milliers de Soudanais du Sud

Près de 4.200 Soudanais du Sud, sur les 12.000 qui se trouvent bloqués depuis des mois dans un port fluvial, dans l'espoir de pouvoir rentrer dans leur pays, ont été évacués par pont aérien à Juba, dans le Soudan du Sud, a annoncé aujourd'hui un responsable des Nations Unies.

Organisé depuis la ville portuaire de Kosti dans la région du Nil blanc au Soudan, le pont aérien a débuté il y a une semaine à l'initiative de l'Organisation internationale des migrations (OIM), avec l'appui des gouvernements du Soudan du Sud et du Soudan.

« Je salue la coopération affichée par les gouvernements des deux pays en vue de faciliter cette opération », a déclaré dans un communiqué de presse le Coordonateur de la situation humanitaire pour le Soudan, Ali Al-Za'tari, qui a ajouté que les agences de secours continueraient d'assister les personnes les plus vulnérables.

M. Al-Za'tari a également salué les progrès accomplis par les gouvernements des deux pays dans la régularisation des statuts des Soudanais du Sud qui désirent rester au Soudan. Le Coordonateur a noté que l'ambassade sud-soudanaise à Khartoum avait commencé de délivrer des passeports et des certificats de nationalité aux personnes originaires du Soudan du Sud. Il a également salué l'émission de cartes d'identité temporaires par le gouvernement du Soudan aux ressortissants du Soudan du Sud résidant au Soudan.

Le pont aérien coïncide avec la période de l'année la plus chargée pour les organisations humanitaires, au moment où les articles de première nécessité sont pré-positionnés dans des entrepôts à travers tout le Soudan, et à la veille de la saison des pluies, qui rendent les routes impraticables et privent d'accès jusqu'à 60% des zones rurales.

Evoquant la situation à Abyei, une zone contestée à la fois par le Soudan et le Soudan du Sud, M. Al-Za'tari a indiqué que seulement 5.000 personnes y étaient de retour tandis que plus de 100.000 autres sont toujours déplacées.

Il est « grand temps » selon lui pour le personnel humanitaire d'avoir accès à Abyei à partir du Soudan – à l'heure actuelle, seuls les personnels humanitaires internationaux sont autorisés à se rendre à Abyei et uniquement à partir du Soudan du Sud.

La semaine dernière, le Conseil de sécurité avait prorogé de six mois le mandat de la Force intérimaire de sécurité des Nations Unies pour Abyei (FISNUA) et exigé des parties soudanaises et sud-soudanaises qu'elles achèvent « dans les plus brefs délais » de mettre sur pied l'Administration de la zone d'Abyei, conformément à l'accord signé l'an dernier.