Syrie : Le responsable du maintien de la paix de l'ONU auprès des observateurs

21 mai 2012

Le Chef des opérations de maintien de la paix de l'ONU, Hervé Ladsous, s'est entretenu lundi, dans la ville de Homs, avec des représentants du gouvernement syrien et avec des groupes d'opposition, au cours d'une visite visant à évaluer les progrès réalisés sur le terrain par les observateurs de la MISNUS.

Le Secrétaire général adjoint aux opérations de maintien de la paix de l'ONU, Hervé Ladsous, s'est entretenu lundi, dans la ville de Homs, avec des membres du gouvernement syrien, ainsi qu'avec des représentants de groupes d'opposition, au cours d'une visite visant à évaluer les progrès réalisés sur le terrain par les observateurs militaires de la Mission de supervision des Nations Unies en Syrie (MISNUS).

Au cours de la réunion, les deux parties ont exprimé leur engagement en faveur du plan de paix en six points de l'Envoyé spécial pour la Syrie, Kofi Annan, et pris note de la diminution des violences à Homs depuis le déploiement des observateurs militaires, a déclaré un porte-parole de la MISNUS.

M. Ladsous affirme que l'accent doit désormais être mis sur le renforcement du dialogue et de la confiance entre les parties, a ajouté ce dernier.

Depuis mars 2011, un mouvement protestataire– similaire à ceux qui se sont produit au Moyen-Orient et en Afrique du Nord – a fait près de 9.000 morts en Syrie, principalement des civils, et déplacé des dizaines de milliers de personnes.

M. Ladsous est arrivé en Syrie en fin de semaine dernière pour une visite de quatre jours afin d'y rencontrer les observateurs de la MISNUS et évaluer les développements sur le terrain. À Damas, le Chef des opérations de maintien de la paix s'est entretenu avec le gouvernement et des groupes d'opposition des moyens de renforcer la coopération dans le cadre de la seconde phase de la Mission des observateurs, ainsi que des questions de sûreté et de sécurité.

Sur le terrain, M. Ladsous a constaté les délais extrêmement brefs dans lesquels les observateurs ont été déployés, soulignant que les violences ne cesseront qu'à condition que les Syriens et toutes les parties, internes ou externes, privilégient la voie du dialogue.

Le 21 avril dernier, les violences en Syrie avaient conduit le Conseil de sécurité à autoriser, pour une période initiale de 90 jours, le déploiement de la MISNUS, avec un effectif de 300 observateurs militaires non armés chargée de contrôler le respect par toutes les parties de la cessation de la violence armée et le respect de la pleine mise en œuvre du plan de paix de l'Envoyé spécial conjoint des Nations Unies et de la Ligue des États arabes, Kofi Annan.

De son côté, le Coordonateur spécial des Nations Unies pour le Liban, Derek Plumbly, a exprimé aujourd'hui sa préoccupation à la suite de violents incidents qui ont fait un mort dans ce pays. « Il est important que de tels incidents ne se reproduisent pas et qu'ils fassent l'objet d'une enquête approfondie », a-t-il indiqué dans un communiqué, dans lequel il présentait aussi ses condoléances à la famille de la victime.

Selon les médias, les violences au Liban seraient liées aux développements récents en Syrie voisine, avec des affrontements entre sympathisants du régime syrien et opposants.

« Depuis mon arrivée au Liban, j'ai été impressionné par les efforts déployés par les forces de sécurité et les dirigeants politiques pour maintenir le calme et la stabilité dans le pays, en cette période de troubles et d'incertitudes dans la région », a ajouté M. Plumbly. « Il est impératif que toutes les parties libanaises continuent de placer les intérêts du pays au-dessus de toute autre considération. Les divergences doivent être résolues par la voie du dialogue et non par le recours à la violence. »

 

♦ Recevez des mises à jour quotidiennes directement dans votre boîte mail - Inscrivez-vous ici.
♦ Téléchargez l'application ONU Info pour vos appareils iOS ou Android.