Expert de l'ONU : la Tunisie devrait inscrire le droit à l'éducation dans la Constitution

Kishore Singh, Rapporteur spécial sur le droit à l'éducation.
Kishore Singh, Rapporteur spécial sur le droit à l'éducation.

Expert de l'ONU : la Tunisie devrait inscrire le droit à l'éducation dans la Constitution

Le rapporteur spécial des Nations Unies sur le droit à l'éducation, Kishore Singh, a exhorté mercredi le gouvernement tunisien à placer les droits de l'homme et le droit à l'éducation au cœur des réformes historiques en cours en Tunisie.

«La Tunisie est à un tournant de son histoire », a souligné M. Singh à la fin de sa première mission d'enquête dans le pays. « Si le pays ne parvient pas à assurer dans sa nouvelle Constitution et ses nouvelles lois les plus hauts standards de protection des droits de l'homme, en particulier du droit à l'éducation, la Tunisie manquera une occasion historique. »

« Il s'agit aujourd'hui pour le Gouvernement de préserver les acquis et de s'armer pour faire face aux défis de l'avenir », a-t-il ajouté dans une déclaration à la presse.

L'expert indépendant des Nations Unies a rappelé au gouvernement son obligation de garantir et de protéger la liberté académique dans un pays où des groupes extrémistes religieux se sont récemment rendus coupables d'actes de violence dans les universités.

M. Singh a attiré l'attention sur les disparités entre les zones urbaines et rurales en matière d'accès à l'éducation, et l'urgence de relever le défi d'assurer durablement la qualité de l'éducation. Il a également appelé les autorités « à établir des liens institutionnels entre l'enseignement technique et professionnel et le lieu de travail, afin d'aborder la question du chômage des jeunes diplômés. »

Le Rapporteur spécial de l'ONU s'est félicité des progrès de la Tunisie dans le domaine de l'éducation depuis son indépendance en 1956, en notant en particulier la législation nationale en matière d'éducation et le niveau d'accès remarquable à l'enseignement primaire.

Il a également salué le niveau important de financement affecté à l'éducation, et a été heureux de constater que la majorité des étudiants en Tunisie sont des filles et des femmes, qui représentent environs les deux tiers des étudiants inscrits dans l'enseignement secondaire.

Au cours de sa mission de dix jours, le Rapporteur spécial s'est entretenu avec les autorités nationales au plus haut niveau, ainsi que des partenaires de développement et des organisations de la société civile. Il a également visité des établissements de l'enseignement primaire, secondaire et supérieur.

M. Singh présentera ses conclusions et recommandations finales de cette visite lors d'une prochaine session du Conseil des droits de l'homme des Nations Unies.