Expert de l'ONU : rétablir le système judiciaire est prioritaire en Somalie

2 mai 2012
Shamsul Bari, l'Expert indépendant sur la situation des droits de l'homme en Somalie.

L'Expert indépendant des Nations Unies pour la situation des droits de l'homme en Somalie, Shamsul Bari, a exhorté mercredi les autorités somaliennes à rétablir un système judiciaire légitime dans la capitale Mogadiscio ainsi que dans les régions du sud et du centre du pays avec l'assistance de la communauté internationale.

« Le renforcement de l'accès à la justice et de la primauté de la loi dans le pays est cruciale et primordiale pour protéger et promouvoir les droits fondamentaux du peuple somalien », a déclaré M. Bari dans un communiqué de presse publié suite à sa visite en Somalie en avril.

« Le rétablissement d'un système de justice légitime à Mogadiscio et dans le sud et le centre de la Somalie représente un défi considérable, mais également une opportunité pour la communauté internationale. Une évaluation spécifique et coordonnée du secteur judiciaire et le développement d'une stratégie nationale pour le rétablissement d'un système qui fonctionne sont urgentes », a-t-il ajouté.

L'Expert indépendant a fait part de sa préoccupation concernant ce qu'il a qualifié d'un « effondrement total de l'institution chargée de faire appliquer la loi et de l'administration judiciaire », et ce particulièrement dans la capitale et dans les régions du sud et du centre du pays.

Il a précisé que des menaces, des intimidations et des attaques contre le personnel judiciaire sont quasiment quotidiennes dans ces régions et que le manque de personnel, d'équipements, d'infrastructures et de formation ont rendu la justice somalienne une « entité pratiquement paralysée ».

« L'inclusion de la justice au sein du pilier sécuritaire est en partie responsable de cette situation », a-t-il ajouté.

Jusqu'à l'année dernière et depuis plusieurs années, la capitale Mogadiscio était divisée en deux entre des combattants du mouvement Al Shabaab et les forces du gouvernement fédéral de transition soutenues par les forces de l'Union africaine. Depuis le retrait d'Al Shabaab du centre de la capitale en août dernier, le front a été repoussé vers les banlieues de la ville.

L'Expert indépendant a souligné que l'harmonisation de la loi coutumière et de la loi islamique de la Charia représente un autre défi majeur pour l'administration judiciaire en Somalie.

« Les femmes ont très peu de possibilités d'obtenir la justice dans les cas de viol ou de violence domestique. Ce genre de crimes sont le plus souvent traités par la justice coutumière qui cherche davantage à régler des différends entre les familles et des clans plutôt que donner une réparation et la justice aux victimes. Cela veut dire que des victimes de viols sont parfois obligées de ce marier avec leurs violeurs », a rappelé M. Bari.

Lors de sa visite à Mogadiscio, M. Bari a rencontré le Premier ministre Abdiweli Mohamed Ali. Il s'est également rendu à Hargeisa, le chef-lieu de la république autoproclamée de Somaliland, ainsi que dans les villes de Garowe et de Bossasso, dans l'Etat du Puntland.

 

♦ Recevez des mises à jour quotidiennes directement dans votre boîte mail - Inscrivez-vous ici.
♦ Téléchargez l'application ONU Info pour vos appareils iOS ou Android.