Pas de reprise en vue pour les marchés du travail, selon l'OIT

30 avril 2012

Même si la croissance économique montre des signes de reprise dans certaines régions, la situation mondiale de l'emploi est extrêmement inquiétante, estime l'Organisation internationale du Travail (OIT).

Même si la croissance économique montre des signes de reprise dans certaines régions, la situation mondiale de l'emploi est extrêmement inquiétante et ne laisse entrevoir aucun redressement dans un avenir proche, estime l'Organisation internationale du Travail (OIT) dans un rapport publié dimanche.

Ce document intitulé « Rapport sur le travail dans le monde 2012 : de meilleurs emplois pour une économie meilleure » affirme qu'environ 50 millions d'emplois font toujours défaut par rapport à la situation qui prévalait avant la crise. Il met aussi en garde contre l'amorce d'une nouvelle phase encore plus problématique de la crise mondiale de l'emploi.

Premièrement, cela est dû au fait que de nombreux gouvernements, en particulier dans les économies avancées, ont donné la priorité à une combinaison d'austérité budgétaire et de réforme drastique du marché du travail. Le rapport précise que ces mesures ont des conséquences désastreuses sur les marchés du travail en général et sur la création d'emplois en particulier. Dans la plupart des cas, elles ne sont pas parvenues à réduire les déficits budgétaires.

« La vision étroite qu'ont de nombreux pays de la zone euro de la rigueur budgétaire approfondit la crise de l'emploi et pourrait même déboucher sur une nouvelle récession en Europe », a déclaré Raymond Torres, Directeur de l'Institut international d'études sociales de l'OIT et auteur principal du rapport.

« Les pays qui ont choisi d'investir dans des politiques macroéconomiques privilégiant l'emploi ont fait mieux en matière économique et sociale », a ajouté M. Torres. « Un grand nombre d'entre eux sont aussi devenus plus compétitifs et ont surmonté la crise bien mieux que ceux qui ont suivi la voie de l'austérité. Nous pouvons étudier ce qui s'est passé dans ces pays avec beaucoup d'attention et en tirer les leçons ».

Deuxièmement, dans les économies avancées, de nombreux demandeurs d'emploi sont démoralisés et perdent leurs compétences, ce qui affecte leurs chances de trouver un nouvel emploi. Par ailleurs, les petites entreprises ont un accès limité au crédit, ce qui contribue à déprimer leurs investissements et les empêche de créer des emplois. Dans ces pays, en particulier en Europe, le redressement de l'emploi n'est pas attendu avant la fin de 2016 – si les politiques suivent leur cours actuel.

Troisièmement, dans les pays les plus avancés, les nouveaux emplois sont souvent précaires. Les formes d'emploi non conventionnelles sont en augmentation dans 26 des 50 économies pour lesquelles l'OIT dispose de statistiques.

Toutefois, quelques pays ont réussi à créer des emplois tout en améliorant leur qualité, ou au moins l'une de ses deux caractéristiques. Par exemple, au Brésil, en Indonésie et en Uruguay, le taux d'emploi a augmenté tandis que la fréquence du travail informel déclinait. Ce résultat est principalement lié à l'introduction de politiques bien conçues en matière sociale et d'emploi.

Quatrièmement, le climat social s'est détérioré dans de nombreuses régions du monde et de nouveaux troubles sociaux pourraient s'ensuivre. Selon l'Index des troubles sociaux qui figure dans le rapport, 57 des 106 pays analysés montrent un risque accru de troubles sociaux en 2011 par rapport à 2010. Les deux régions qui ont enregistré les plus fortes hausses sont l'Afrique subsaharienne, et le Moyen-Orient et l'Afrique du Nord.

Le rapport affirme que la rigueur budgétaire associée à la déréglementation du marché du travail ne favorisera pas les perspectives d'emploi à court terme. En effet, en général, il n'existe pas de lien clairement établi entre réformes du marché du travail et meilleurs niveaux d'emploi. Qui plus est, certaines réformes récentes – surtout en Europe – ont diminué la stabilité de l'emploi et exacerbé les inégalités tout en échouant à créer des emplois. Cependant, le rapport soutient que si l'on instaure un bon dosage de mesures favorables à l'emploi, alliant fiscalité et hausse des dépenses d'investissements publics et des prestations sociales, environ 2 millions d'emplois pourraient être créés en une année dans les économies avancées.

 

♦ Recevez des mises à jour quotidiennes directement dans votre boîte mail - Inscrivez-vous ici.
♦ Téléchargez l'application ONU Info pour vos appareils iOS ou Android.