L'ONU condamne une vague d'attentats meurtriers en Iraq

19 avril 2012

Le Représentant spécial du Secrétaire général de l'ONU pour l'Iraq, Martin Kobler, a condamné jeudi une vague d'attentats à la bombe qui a eu lieu à travers l'Iraq et qui aurait fait plusieurs dizaines de morts de blessés selon les informations disponibles.

M. Kobler a fait part de sa préoccupation concernant la poursuite de la violence dans le pays, le fait que les membres des forces de l'ordre soient visés directement et concernant les attaques aveugles contre les civils.

« Ces crimes affreux sont commis contre le peuple d'Iraq doivent cesser pour que l'Iraq puisse réaliser l'avenir sûr et prospère que son peuple mérite pleinement », a déclaré le Représentant spécial dans un communiqué de presse.

M. Kobler a réitéré qu'il était nécessaire que tous les Iraquiens travaillent ensemble pour mettre fin à ces horribles crimes commis contre le peuple iraquien afin de l'empêcher de créer une nation démocratique, stable et prospère.

Le Représentant spécial a exprimé ses condoléances aux familles des victimes et a souhaité le prompt rétablissement de ceux qui ont été blessés. Il a également appelé le peuple iraquien à rester ferme face aux efforts de ceux qui voudraient entraver la quête iraquienne pour un avenir meilleur.

Selon la presse, une trentaine d'attaques ont secoué jeudi plusieurs villes en Iraq, dont la capitale Bagdad, causant la mort d'au moins 34 personnes et blessant une centaine d'autres. Les assaillants ont utilisé des voitures piégées, des engins explosifs déposés aux bords des routes et des attaques-suicide.

 

♦ Recevez des mises à jour quotidiennes directement dans votre boîte mail - Inscrivez-vous ici.
♦ Téléchargez l'application ONU Info pour vos appareils iOS ou Android.

Suivre l'actualité : précédents articles sur le sujet

L'ONU encourage les dirigeants iraquiens à travailler ensemble

Le Représentant spécial du Secrétaire général de l'ONU pour l'Iraq, Martin Kobler, a jugé mardi qu'il était nécessaire que les dirigeants du pays travaillent ensemble pour résoudre les problèmes en suspens, dont la mise en place d'un espace de dialogue national, la délimitation des frontières régionales internes et la situation des droits de l'homme.