Soudan et Soudan du Sud : le Conseil de sécurité exige l'arrêt des hostilités

12 avril 2012

Le Conseil de sécurité de l'ONU a exigé jeudi l'arrêt complet des hostilités entre le Soudan et le Soudan du Sud, immédiatement et sans conditions, et a demandé que les deux parties ramènent leurs forces à 10 kilomètres de la frontière nord/sud.

Dans une déclaration de la Présidence du Conseil de sécurité, qui est occupée en avril par les Etats-Unis, les membres du Conseil ont fait part de leur « inquiétude profonde et grandissante face à l'intensification du conflit entre le Soudan et le Soudan du Sud, dont les dernières manifestations sont la prise et l'occupation par l'Armée populaire de libération du Soudan (forces armées du Soudan du Sud) de la ville d'Heglig et des champs de pétrole avoisinants situés au Soudan. »

Selon le Conseil de sécurité, ces récents actes de violence menacent de faire retomber l'un et l'autre pays dans une véritable guerre.

« Le Conseil demande un arrêt complet, immédiat et sans conditions de toutes les hostilités; le retrait immédiat d'Heglig de l'Armée populaire de libération du Soudan; la fin des bombardements aériens par les Forces armées soudanaises et des violences transfrontières répétées entre le Soudan et le Soudan du Sud; et la fin de l'appui que chaque partie fournit aux forces supplétives dans l'autre pays », souligne la déclaration de la Présidence du Conseil.

« Le Conseil exige que l'une et l'autre parties redéployent leurs forces à 10 kilomètres de la frontière nord/sud du 1er janvier 1956, conformément aux accords des 29 juin et 30 juillet 2011. Il exhorte le Soudan et le Soudan du Sud à prendre des mesures immédiates pour créer une zone frontalière démilitarisée de sécurité et mettre en route le Mécanisme conjoint de vérification et de surveillance de la frontière », ajoute le document.

Le Conseil demande au Soudan et au Soudan du Sud de respecter la lettre et l'esprit du Mémorandum d'accord sur la non-agression et la coopération du 10 février 2012. Il exige à nouveau du Soudan et du Soudan du Sud qu'ils redéployent d'urgence et immédiatement leurs forces de sécurité à l'extérieur de la zone contestée d'Abyei.

Le Conseil demande aux gouvernements du Soudan et du Soudan du Sud de régler d'urgence et pacifiquement les questions fondamentales de la sécurité et de la gestion des frontières, de la situation dans les États du Kordofan méridional et du Nil Bleu et à Abyei, et toutes les questions en suspens concernant l'Accord de paix global qui alimentent la défiance entre les deux pays. Il demande en outre aux dirigeants du Soudan et du Soudan du Sud de se réunir immédiatement dans le cadre d'un sommet comme prévu auparavant de manière à travailler sur les questions qui font obstacle à la réalisation d'une paix durable.

Le Secrétaire général de l'ONU, Ban Ki-moon, a également exprimé jeudi sa grave préoccupation concernant le conflit entre le Soudan et le Soudan du Sud.

Lors d'une conférence de presse à Genève, il a rappelé qu'il avait parlé la veille au téléphone avec le Président du Soudan du Sud, Salva Kiir, ainsi qu'avec le Représentant permanent du Soudan auprès des Nations Unies et des dirigeants régionaux.

« J'appelle les deux gouvernements à cesser les hostilités immédiatement et à organiser un sommet présidentiel pour négocier une solution durable à leurs différends », a-t-il dit.

 

♦ Recevez des mises à jour quotidiennes directement dans votre boîte mail - Inscrivez-vous ici.
♦ Téléchargez l'application ONU Info pour vos appareils iOS ou Android.

Suivre l'actualité : précédents articles sur le sujet

L'ONU appelle le Soudan du Sud et le Soudan à cesser les hostilités

Le Secrétaire général de l'ONU, Ban Ki-moon, s'est dit alarmé mercredi par l'escalade des combats entre le Soudan et le Soudan du Sud et a appelé les deux pays à cesser immédiatement les hostilités, à retirer leurs forces du territoire de l'autre et à éviter une nouvelle effusion de sang.