Ban et Al-Nasser appellent à revitaliser les organes de l'ONU sur le désarmement

Sculpture symbolisant le désarmement devant le siège de l'ONU à New York.
Sculpture symbolisant le désarmement devant le siège de l'ONU à New York.

Ban et Al-Nasser appellent à revitaliser les organes de l'ONU sur le désarmement

Le Secrétaire général de l'ONU, Ban Ki-moon, et le Président de l'Assemblée générale de l'ONU, Nassir Abdulaziz Al-Nasser, ont appelé lundi les États membres, réunis à New York à revitaliser les organes des Nations Unies chargés de faire avancer les objectifs globaux de désarmement.

« Des progrès sont absolument nécessaires parce que - directement ou indirectement – cela pourrait bénéficier aux autres objectifs de l'ONU. De même, un échec des efforts en matière de désarmement mettrait en péril la sécurité et la prospérité de tous », a déclaré M. Ban dans un message à l'ouverture de la réunion annuelle de trois semaines de la Commission des Nations Unies sur le désarmement.

La Commission, dont la composition est universelle, est un organe délibérant chargé de faire des recommandations dans le domaine du désarmement et d'assurer le suivi des décisions et des recommandations de la première session extraordinaire de l'Assemblée consacrée au désarmement en 1978.

Le message de Ban Ki-moon, prononcé par la nouvelle Haute représentante de l'ONU pour les affaires de désarmement, Angela Kane, relève que 2012 est une année très importante pour la Commission, car elle marque le 60e anniversaire de sa création.

Cette année est également importante, ajoute le message, parce que la Commission entame un nouveau cycle de délibérations de trois ans et est appelée à examiner les questions relatives au désarmement nucléaire et à la réglementation des armes conventionnelles.

Selon le Secrétaire général de l'ONU, la Commission « doit axer ses travaux sur la recherche d'un consensus pour répondre aux défis globaux actuels et nouveaux, de l'élimination des armes de destruction massive les plus meurtrières, à la réduction et à la limitation des armes conventionnelles ».

Au fil des ans, la Commission a formulé des principes, des conseils et des recommandations sur un certain nombre de sujets. Cependant, au cours de dernière décennie, elle n'a pas été en mesure de s'entendre sur un résultat substantiel.

Le Président de l'Assemblée générale, Nassir Abdulaziz Al-Nasser, a noté pour sa part que cette impasse s'ajoutait à l'absence de progrès ces dernières années au sein de la Conférence des Nations Unies sur le désarmement, seul forum multilatéral de négociation sur le désarmement.

« Elles sont confrontées à de sérieuses difficultés dues à un manque de volonté politique et à une résistance croissante aux initiatives et aux compromis », a-t-il dit. « Dans le cas de la Commission sur le désarmement et de la Conférence sur le désarmement, cela a conduit les travaux de ces deux organes à une impasse depuis plus d'une décennie. Cette situation ne peut pas, et même ne doit pas continuer ».