Baisse de la tension à la frontière entre le Soudan et le Soudan du Sud, selon l'ONU

28 mars 2012

La tension provoquée par les affrontements entre les forces armées du Soudan et du Soudan du Sud serait en train de s'atténuer alors que les autorités des deux pays ont déclaré qu'elles étaient prêtes à se rencontrer dans les jours à venir à Addis Abeba en Ethiopie pour empêcher une nouvelle éruption de violence, a indiqué mercredi le porte-parole adjoint du Secrétaire général de l'ONU.

« Alors que ce qui se passe exactement sur le terrain doit encore être confirmé, il semblerait que la situation se détend », a indiqué ce porte-parole adjoint, Eduardo del Buey, lors d'un point presse au siège de l'ONU à New York.

L'inquiétude a grandi suite aux informations faisant état d'affrontements armés dans la zone frontalière qui sépare les deux pays. Mardi, le Conseil de sécurité a fait part de sa préoccupation et a demandé aux deux pays de faire preuve de retenue.

M. del Buey a indiqué que l'Envoyé spécial du Secrétaire général pour le Soudan et le Soudan du Sud, Haile Menkerios, et la chef de la Mission des Nations Unies au Soudan du Sud (MINUSS), Hilde Johnson, ont eu des discussions intenses avec les parties prenantes et avec des représentants de l'Union africaine.

« Le gouvernement du Soudan du Sud s'est engagé à retirer ses troupes sur des positions tenues précédemment », a expliqué M. del Buey. « Le gouvernement du Soudan a accepté de participer à une réunion le 30 mars à Addis Abeba et à mettre fin aux bombardements si l'armée du Soudan du Sud se retire », a-t-il ajouté.

 

♦ Recevez des mises à jour quotidiennes directement dans votre boîte mail - Inscrivez-vous ici.
♦ Téléchargez l'application ONU Info pour vos appareils iOS ou Android.

Suivre l'actualité : précédents articles sur le sujet

L'ONU appelle le Soudan et le Soudan du Sud à renouer le dialogue

Le Secrétaire général des Nations Unies Ban Ki-moon est très préoccupé par les affrontements militaires à la frontière entre le Soudan et le Soudan du Sud et appelle les deux gouvernements à respecter et mettre en œuvre l'accord qu'ils ont conclu sur la sécurité et la surveillance de la frontière et sur la zone disputée d'Abyei.