Somalie : le HCR appelle à protéger les civils suite à des attaques à Mogadiscio

Des soldats burundais servant au sein de forces de l'Union africaine en Somalie.
Des soldats burundais servant au sein de forces de l'Union africaine en Somalie.

Somalie : le HCR appelle à protéger les civils suite à des attaques à Mogadiscio

Le Haut commissariat des Nations Unies pour les réfugiés (HCR) a fait part mardi de sa préoccupation concernant la poursuite des attaques au mortier à Mogadiscio, qui ont causé la mort de trois personnes la veille.

Plusieurs obus de mortier sont tombés dans un camp accueillant des personnes déplacées internes près du bâtiment du Parlement somalien à Mogadiscio, vers 2h15 du matin lundi. « Trois personnes déplacées internes, y compris un père et son enfant de trois ans, ont été tuées et huit autres – cinq femmes et trois hommes – ont été gravement blessées. L'objectif de cette attaque aurait été les forces pro-gouvernementales localisées près du Parlement », a expliqué une porte-parole du HCR, Melissa Fleming, lors d'une conférence de presse au Palais des Nations à Genève.

Cependant, comme lors d'une attaque similaire la semaine dernière contre le Palais présidentiel Villa Somalia, les obus de mortiers n'ont pas atteint l'objectif visé et sont tombés parmi des déplacés.

Des attaques au mortier ont également eu lieu contre Villa Baidoa et Villa Somalia ce week-end. Aucune victime n'a été signalée. Les forces anti-gouvernementales auraient demandé aux déplacés de quitter les zones voisines des palais présidentiels car elles avaient l'intention de poursuivre leurs attaques.

« Le HCR souligne que les forces pro-gouvernementales mettent en œuvre des pratiques pour réduire l'impact des tirs indirects sur la population civile et que les civils ont été récemment prévenus d'activités militaires à Afgooye, ce qui leur a permis de quitter les lieux en sécurité et de rechercher une aide à Mogadiscio ou ailleurs », a dit Mme Fleming.