Mali : le Conseil de sécurité demande aux mutins de regagner leurs casernes

Des réfugiés maliens dans le camp de Mbera, en Mauritanie. Photo UNHCR
Des réfugiés maliens dans le camp de Mbera, en Mauritanie. Photo UNHCR

Mali : le Conseil de sécurité demande aux mutins de regagner leurs casernes

Le Conseil de sécurité a demandé aux éléments des forces armées maliennes qui ont pris par la force le pouvoir détenu par le gouvernement malien de mettre fin à la violence et de regagner leurs casernes.

Le Conseil de sécurité de l'ONU a demandé lundi aux éléments des forces armées maliennes qui ont pris par la force le pouvoir détenu par le gouvernement malien de mettre fin à la violence et de regagner leurs casernes.

Dans une déclaration de la Présidence du Conseil de sécurité, les membres du Conseil condamnent fermement le fait que ces éléments des forces armées maliennes aient pris par la force « le pouvoir détenu par le gouvernement malien démocratiquement élu. »

Le Conseil condamne « les actes auxquels se sont livrés les soldats mutinés contre le gouvernement démocratiquement élu et exige d'eux qu'ils mettent fin à la violence et regagne leurs casernes. Il demande le rétablissement de l'ordre constitutionnel et la tenue des élections comme prévu initialement. »

Le Conseil condamne également « les attaques déclenchées et commises par les groupes rebelles contre des forces du gouvernement malien et demande aux rebelles de mettre fin à la violence et de rechercher un règlement pacifique à la faveur du dialogue politique qui s'impose. »

De son côté, le Représentant spécial du Secrétaire général pour l'Afrique de l'Ouest, Saïd Djinnit, a participé à une mission conjointe avec la Communauté économique des Etats d'Afrique de l'Ouest (CEDEAO), qui s'est rendue à Bamako vendredi.

Cette mission a rencontré une délégation de la junte militaire dirigée par le capitaine Adama Diarra et a discuté au téléphone avec le capitaine Amadou Sanogo qu'elle n'a pas pu rencontrer en personne pour des raisons de sécurité.

Elle a exhorté "les dirigeants de la junte à garantir la sécurité physique du Président Amadou Toumani Touré et celle des autres personnes détenues", a précisé le porte-parole adjoint du Secrétaire général de l'ONU.

Le Conseil de sécurité s'est aussi dit préoccupé « par l'insécurité et la rapide dégradation de la situation humanitaire dans la région du Sahel, que viennent compliquer la présence de groupes armés et de groupes terroristes, et leurs activités, ainsi que la prolifération d'armes en provenance de la région et d'ailleurs. »

Le Conseil constate que cette situation est aggravée par la sécheresse, la pénurie d'aliments et le retour de milliers de réfugiés entraîné par la crise libyenne et d'autres crises qui frappent la région.

Le Conseil salue l'action entreprise conjointement par le Bureau de la coordination des affaires humanitaires et d'autres organismes des Nations Unies pour fournir une aide humanitaire et appeler l'attention de la communauté internationale sur l'ampleur du problème dans la région du Sahel.

Le Conseil salue les programmes d'urgence mis en place par les autorités des pays de la région. Il accueille avec satisfaction les initiatives prises par les organisations régionales et sous-régionales comme l'Union africaine et la Communauté économique des États de l'Afrique de l'Ouest, et l'action menée jusqu'ici par les partenaires bilatéraux et multilatéraux, en vue d'aider les pays du Sahel à atténuer la crise alimentaire et nutritionnelle régionale.