Mali : l'ONU condamne la rébellion menée par des éléments des forces armées

Le Secrétaire général Ban Ki-moon. Photo ONU/Eskinder Debebe
Le Secrétaire général Ban Ki-moon. Photo ONU/Eskinder Debebe

Mali : l'ONU condamne la rébellion menée par des éléments des forces armées

Les Nations Unies ont condamné la rébellion menée par des éléments des forces armées maliennes qui ont annoncé la dissolution des institutions gouvernementales et la suspension de la Constitution.

Le Secrétaire général de l'ONU, Ban Ki-moon, le Président de l'Assemblée générale, Nassir Abdulaziz Al-Nasser, et le Conseil de sécurité ont condamné fermement jeudi la rébellion menée par des éléments des forces armées maliennes qui ont annoncé la dissolution des institutions gouvernementales et la suspension de la Constitution.

Le Secrétaire général « enjoint les éléments impliqués à s'abstenir de toutes actions susceptibles d’accroître la violence et de déstabiliser davantage le pays. Le Secrétaire général appelle à la restauration immédiate de l’ordre constitutionnel au Mali », a dit son porte-parole dans une déclaration à la presse.

« Les Nations Unies sont prêtes à dialoguer avec toutes les parties prenantes concernées, y compris les dirigeants de la sous-région et la Communauté économique des Etats d’Afrique de l’Ouest (CEDEAO) à cette fin pour préserver les acquis démocratiques réalisés par le Mali ces vingt dernières années », a-t-il ajouté.

Mercredi soir, le porte-parole de Ban Ki-moon avait déjà publié une déclaration dans laquelle il soulignait que le Secrétaire général suivait avec une profonde préoccupation ce qui se passait au Mali.

Le Président de l'Assemblée générale des Nations Unies, Nassir Abdulaziz Al-Nasser, a également fermement condamné tout changement non constitutionnel du gouvernement au Mali et a dénoncé les actes de violence qui ont été signalés. "Il appelle pour le plein respect de l'ordre constitutionnel au Mali", a dit sa porte-parole dans une déclaration à la presse.

"M. Al-Nasser appelle également les militaires maliens impliqués dans la rébellion à déposer immédiatement les armes et à éviter toute action qui déstabiliserait davantage le pays", a-t-elle ajouté.

Le Conseil de sécurité de l'ONU a aussi condamné dans une déclaration à la presse la rébellion et a appelé les mutins "à garantir la sécurité du Président Amadou Toumani Touré et à retourner dans leurs casernes. Les membres du Conseil ont appelé "au retour immédiat à l'ordre constitutionnel et au gouvernement démocratiquement élu."

Selon la presse, des militaires mutins ont affirmé jeudi avoir renversé le régime en place au Mali et annoncé avoir dissous toutes les institutions et suspendu la Constitution.

De son côté, le Représentant spécial du Secrétaire général de l'ONU pour l’Afrique de l’Ouest, Saïd Djinnit, a déclaré à la Radio des Nations Unies que la communauté internationale avait accueilli déception les informations sur cette rébellion. Il a appelé de nouveau les parties prenantes au Mali à s’engager dans un dialogue pour garantir la stabilité du pays.

Depuis la mi-janvier, le Mali connaît des combats entre les rebelles touaregs du Mouvement National de Libération de l’Azawad et les forces maliennes, forçant des dizaines de milliers de Maliens à fuir vers les pays voisins, en Mauritanie, au Burkina Faso et au Niger.