RDC : un chef rebelle rwandais se rend après une offensive soutenue par l'ONU

15 mars 2012

Le chef rebelle rwandais Idrissa Muradadi s'est rendu vendredi dernier suite à une offensive conjointe de la Mission des Nations Unies pour la stabilisation en République démocratique du Congo (MONUSCO) et les forces armées de la RDC dans l'est du pays, a dit un porte-parole de la MONUSCO.

« C'est une excellente nouvelle », s'est réjouit le porte-parole de la MONUSCO, Manodje Mounoubai. M. Muradadi est considéré comme un personnage de premier plan des Forces démocratiques de libération du Rwanda (FDLR), un groupe armé qui est actif depuis 1994 et qui sillonne l'est de la RDC.

M. Muradadi, qui s'est rendu en compagnie de trois gardes du corps, a été transféré à un camp de désarmement, démobilisation, réintégration, réhabilitation et de rapatriement où il attendra son transfert vers le Rwanda, selon la MONUSCO.

« La reddition de M. Muradadi aura un effet démoralisant sur les rebelles restants des FDLR dans l'est de la RDC », a indiqué M. Mounoubai en ajoutant que cela est une très bonne nouvelle pour les civils de la région. « D'habitude, ceux qui se rendent sont les combattants de base non-gradés, donc c'est une nouveauté très intéressante », a-t-il ajouté.

Les FDLR sont l'un des groupes armés qui sévissent dans l'est de la RDC. Le gouvernement congolais a lancé plusieurs offensives visant ces groupes, avec l'appui logistique de la mission de maintien de la paix des Nations Unies.

 

♦ Recevez des mises à jour quotidiennes directement dans votre boîte mail - Inscrivez-vous ici.
♦ Téléchargez l'application ONU Info pour vos appareils iOS ou Android.

Suivre l'actualité : précédents articles sur le sujet

RDC : la MONUSCO reçoit quatre hélicoptères militaires ukrainiens

Le Secrétaire général adjoint aux opérations de maintien de la paix, Hervé Ladsous, a exprimé mercredi sa gratitude à l'Ukraine pour la mise à disposition de quatre hélicoptères d'attaque à la Mission des Nations Unies pour la stabilisation en République démocratique du Congo (MONUSCO) en précisant que cette contribution renforcerait la capacité des Casques bleus à protéger les civils.