L'ONU salue l'engagement du Soudan du Sud à protéger les enfants

Radhika Coomaraswamy. Photo ONU/E. Debebe
Radhika Coomaraswamy. Photo ONU/E. Debebe

L'ONU salue l'engagement du Soudan du Sud à protéger les enfants

La Représentante spéciale du Secrétaire général des Nations Unies pour les enfants dans les conflits armés, Radhika Coomaraswamy, a signé lundi à Juba, au Soudan du Sud, un plan d'action avec l'Armée de libération du peuple du Soudan (SPLA), le Ministère de la défense, la Mission des Nations Unies au Soudan du Sud (MINUSS), et le Fonds des Nations Unies pour l'enfance (UNICEF), pour garantir qu'aucun enfant ne soit incorporé dans les rangs de groupes armés.

« C'est un jour important pour le Soudan du Sud, le plus jeune pays du monde. Ce plan d'action contient non seulement l'engagement du gouvernement qu'il n'y aura pas d'enfants dans les rangs du SPLA, mais prévoit que l'ensemble des groupes armés qui acceptent l'amnistie proposé par le gouvernement s'engagent à libérer les enfants qui servent dans leurs rangs », a déclaré Mme Coomaraswamy lors de la cérémonie de signature de l'accord.

Le plan d'action assure la mise en place d'un système transparent pour punir les commandants qui recrutent des enfants au sein de la SPLA. Il prévoit également un renforcement de la communication entre commandants afin d'assurer que la nouvelle politique contre l'utilisation d'enfants est comprise et respectée à tous les niveaux.

« Les enfants du Soudan du Sud ont vécu tellement d'atrocités dans ce conflit et nombre d'entre eux ont grandi dans un contexte de guerre. J'exhorte le gouvernement à mettre en œuvre les engagements pris aujourd'hui pour garantir que les générations futures de ce nouveau pays puissent passer leur enfance à l'école et non pas dans les casernes », a indiqué Mme Coomaraswamy.

Par ailleurs, la Mission des Nations Unies au Soudan du Sud (MINUSS) a indiqué lundi qu'elle soutenait les efforts de désarmement dans l'Etat du Jonglei. La MINUSS participera à la collecte d'armes détenues par des civils et suivra le processus de désarmement qui est un élément clé pour mettre fin à la violence dans la région.

« La possession et l'utilisation des ces armes illégales par les communautés et la prolifération de ces armes constituent une menace importante contre la paix et la sécurité au Soudan du Sud et exacerbent la violence intercommunautaire dans l'Etat du Jonglei », a déclaré la Représentante spéciale du Secrétaire général des Nations Unies au Soudan du Sud, Hilde Johnson.

Selon la MINUSS, qui chargera à la fois ses Casques bleus et ses équipes civiles de surveiller le processus de désarmement, il faut que le processus, pour aboutir, s'inscrive dans une approche complète de paix, de justice et de réconciliation et que cela inclut la protection des communautés par les forces de sécurité.

« La MINUSS soutiendra un processus de désarmement civil dans lequel les communautés abandonnent leurs armes illégales de façon volontaire suite à un effort de sensibilisation des chefs de communautés et de représentants du gouvernement », a expliqué Mme Johnson.