ONU : le monde a tiré les leçons de la catastrophe nucléaire au Japon

9 mars 2012

Le Secrétaire général des Nations Unies Ban Ki-moon a félicité le Japon pour les efforts de nettoyage et de reconstruction suite au tremblement de terre, au tsunami, et à la catastrophe nucléaire de Fukushima qui ont frappé l'est du pays il y a un an.

« Il y a quelques jours, des experts de l'ONU ont fait savoir que le Japon faisait d'énormes progrès. Dans la seule ville de Sendai, 460 tonnes de déchets sont traités quotidiennement. Dans toute la région, le recyclage de débris sert à construire de nouveaux bâtiments. Cela est très encourageant. Je soutiens de tout cœur les efforts de reconstruction par le Japon », a déclaré M. Ban lors d'une réception commémorant la catastrophe jeudi à New York.

Selon lui, l'ONU se préoccupe beaucoup de la prévention des catastrophes, et cette question est devenue prioritaire après la catastrophe japonaise. Une équipe d'experts de plusieurs agences et départements de l'ONU s'est réunie pour examiner la catastrophe, ses causes et ses conséquences afin d'établir une série de recommandations valables au niveau mondial.

« Les Nations Unies sont aux côtés du Japon, comme le Japon a toujours été aux côtés des Nations Unies », a souligné le Secrétaire général.

De son côté, le Directeur général de l'Agence internationale à l'énergie atomique (AIEA), Yukiya Amano, a rappelé que l'énergie nucléaire est plus sûre aujourd'hui que l'année dernière puisque l'industrie nucléaire, les législateurs et les gouvernements ont appris une leçon à Fukushima. Mais la sécurité nucléaire ne doit jamais être considérée comme acquise.

« La sécurité nucléaire est plus solide qu'il y a un an. L'accident de Fukushima Daiichi était grave, mais nous savons désormais ce qui c'est passé et où se situait le problème. Le tsunami a frappé la centrale nucléaire de Fukushima Daiichi et mis hors service son système de refroidissement ce qui a mené à l'effondrement de trois unités sur six », a expliqué M. Amano.

L'accident fût un choc pour l'industrie nucléaire, pour les législateurs et les gouvernements. Les faiblesses de conception de la centrale pour résister aux risques naturels et les négligences dans la préparation aux accidents et aux interventions d'urgence expliquent pourquoi les évènements ont pris cette tournure.

« Des erreurs humaines comme celles-ci ne sont pas propres au Japon. Nous les humains, nous apprenons de nos erreurs. Des pays du monde entier revoient en ce moment leurs systèmes pour trouver les points faibles et ils prennent des mesures pour les renforcer », a indiqué M. Amano.

 

♦ Recevez des mises à jour quotidiennes directement dans votre boîte mail - Inscrivez-vous ici.
♦ Téléchargez l'application ONU Info pour vos appareils iOS ou Android.