Après l'élection d'un nouveau Président, le Yémen face à la tâche du redressement

Le Conseiller spécial de l'ONU sur le Yémen, Jamal Benomar.
Le Conseiller spécial de l'ONU sur le Yémen, Jamal Benomar.

Après l'élection d'un nouveau Président, le Yémen face à la tâche du redressement

Suite à l'élection présidentielle réussie au Yémen en février, le pays doit poursuivre son processus de transition et s'occuper de la crise humanitaire et de la situation sécuritaire précaire, a estimé mercredi le Conseiller spécial du Secrétaire général des Nations Unies sur le Yémen, Javier Benomar.

Le 21 février dernier, les Yéménites ont élu leur nouveau Président, Abbed Rabbo Mansour al-Hadi. M. Benomar avait salué le taux de participation important. « La participation avait dépassé les attentes, surtout pour les jeunes. Le Président Hadi bénéficie maintenant d'un mandat fort pour compléter la transition », a-t-il déclaré mercredi à la presse à l'issue d'une session à huis clos du Conseil de sécurité à New York.

M. Benomar qui vient d'effectuer une visite au Yémen a indiqué que la nouvelle phase du processus de transition commence avec de nombreux défis à relever. La Constitution doit être modifiée, ainsi que le système électoral avant l'organisation d'élections législatives au terme de la période de transition de deux ans.

Le Yémen fait face à une crise humanitaire qui s'aggrave alors que 6,8 millions de Yéménites sont confrontés à l'insécurité alimentaire et que 3 millions de personnes ont besoin d'une assistance humanitaire de toute urgence. M. Benomar a notamment rappelé que le Yémen a le plus fort taux de malnutrition chronique au monde après l'Afghanistan.