L'ONU envoie une équipe à Brazzaville suite à une explosion meurtrière

7 mars 2012

L'ONU a déployé mercredi en République du Congo une équipe d'évaluation et de coordination des catastrophes pour assister les autorités et l'ONU sur place, suite à l'explosion d'un dépôt de munitions à proximité de la capitale Brazzaville le 4 mars qui a fait au moins 200 morts et blessé quelque 1.500 personnes.

« Cette catastrophe nous rappelle tristement les défis complexes posés par les catastrophes technologiques, particulièrement dans un environnement urbain. Il est très important que les considérations environnementales soient pleinement intégrées à la réponse humanitaire afin d'assurer une aide efficace », a déclaré la Sous Secrétaire générale des Nations Unies aux affaires humanitaires, Catherine Bragg, dans un communiqué de presse.

L'équipe, qui est composée de quatre membres spécialisés dans les questions humanitaires et environnementales, va effectuer une évaluation complète du site de la catastrophe. L'étendue des dégâts causés par l'explosion n'est pas encore connue exactement, mais de nombreuses maisons autour du site de l'explosion ont été détruites, ainsi que d'autres édifices et infrastructures. Les gens de la zone sont toujours en danger à cause des munitions non-explosées qui ont été éparpillées par l'explosion.

« Des urgences telles que celle-ci sont malheureusement de plus en plus fréquentes dans les zones densément peuplées et dans un contexte d'urbanisation rapide. Les personnes qui vivent à proximité de sites militaires ou industriels sont exposés à un plus grand nombre de catastrophes environnementales ou humanitaires », a rappelé Mme Bragg.

 

♦ Recevez des mises à jour quotidiennes directement dans votre boîte mail - Inscrivez-vous ici.
♦ Téléchargez l'application ONU Info pour vos appareils iOS ou Android.

Suivre l'actualité : précédents articles sur le sujet

Congo : Ban Ki-moon attristé par l'explosion meurtrière d'un dépôt

Le Secrétaire général de l'ONU, Ban Ki-moon, s'est dit lundi profondément attristé par les pertes en vies humaines et les dégâts matériels engendrés par l'explosion accidentelle d'un dépôt de munitions à Brazzaville, au Congo le dimanche 4 mars 2012.