Côte d'Ivoire : l'ONUCI se réjouit du bon déroulement du scrutin partiel

27 février 2012

Le Représentant Spécial du Secrétaire général des Nations Unies pour la Côte d'Ivoire, Bert Koenders, s'est réjoui dimanche du bon déroulement des législatives partielles dans le pays.

« C'est très positif et j'en suis heureux. Nous avons en effet besoin d'avancer pour le bien de la Côte d'Ivoire », a dit M. Koenders, qui est également chef de l'Opération des Nations Unies en Côte d'Ivoire (ONUCI).

S'agissant de la certification définitive des législatives, M. Koenders a affirmé qu'il la ferait après les décisions des institutions du pays en charge des élections. Ces élections partielles font suite aux requêtes en annulation traitées par le Conseil constitutionnel après les législatives du 11 décembre 2011. Le Conseil constitutionnel avait alors reçu 107 requêtes en annulation provenant de 66 circonscriptions électorales dont onze ont été jugées véritablement litigieuses.

Lundi, le Représentant spécial a dépêché le Commandant de la Force et le Chef de la police onusienne à Bonon, dans le centre-ouest de la Côte d'Ivoire, au lendemain d'incidents postélectoraux dans cette ville.

La mission va s'enquérir de la situation sur place et identifier les conditions dans lesquelles un convoi de la Commission électorale indépendante (CEI) qui transportait des urnes à Bonon, escorté par les soldats de l'ONUCI a essuyé, près de Gobazra, des tirs provenant d'individus armés non encore identifiés. Les casques bleus ont riposté à l'attaque de manière robuste et appropriée, conformément à leurs règles d'engagement, a précisé l'ONUCI dans un communiqué de presse.

Les casques bleus ont dû également réagir face à l'attaque, quelques heures plus tard, contre un bureau de la CEI à Bonon où se trouvaient les agents électoraux, le personnel de l'ONUCI venu les appuyer ainsi que le matériel électoral.

« Le Représentant spécial condamne énergiquement ces deux attaques et tient à ce que toute la lumière soit faite par les autorités compétentes sur les circonstances de leur survenue, que leurs auteurs soient identifiés et présentés devant la justice, dans les meilleurs délais, selon la loi en vigueur », a dit l'ONUCI dans son communiqué.

 

♦ Recevez des mises à jour quotidiennes directement dans votre boîte mail - Inscrivez-vous ici.
♦ Téléchargez l'application ONU Info pour vos appareils iOS ou Android.

Suivre l'actualité : précédents articles sur le sujet

Côte d'Ivoire : plus de 3000 casques bleus mobilisés pour le scrutin partiel

L'Opération des Nations Unies en Côte d'Ivoire (ONUCI) a mobilisé plus de 3.000 casques bleus dans le cadre de son appui à la sécurisation des élections législatives partielles prévues dimanche 26 février 2012.