L'ONU appelle à une action urgente pour aider le Sahel frappé par la sécheresse

15 février 2012

Les agences humanitaires des Nations Unies, les représentants des gouvernements des pays touchés et les principaux bailleurs de fonds ont appelé à une hausse de l'aide humanitaire pour la région du Sahel.

Les agences humanitaires des Nations Unies, les représentants des gouvernements des pays touchés et les principaux bailleurs de fonds ont appelé mercredi à une augmentation de l'assistance humanitaire pour la région du Sahel, qui est confrontée à un risque élevé de famine et de malnutrition causé par l'effet combiné de la sécheresse, des prix élevés des denrées alimentaires, des déplacements et des conflits.

« Les besoins des millions de personnes touchées par la sécheresse dans le Sahel sont énormes, et il est temps d'agir maintenant. Cette réunion intervient à un moment critique où les agences humanitaires renforcent leur réponse pour éviter qu'une crise se transforme en catastrophe », a déclaré la Directrice exécutive du Programme alimentaire mondial (PAM), Josette Sheeran, lors d'une réunion d'urgence au siège du PAM à Rome.

Dans une déclaration conjointe, les dirigeants présents à la réunion ont appelé à une réponse globale, rapide et forte face à la crise pour venir en aide aux plus vulnérables - en particulier les femmes et les enfants - parmi les millions de personnes touchées par la sécheresse. Ils ont appelé à des opérations de secours combinées à des actions de développement à plus long terme.

En outre, ils ont décidé de travailler ensemble pour assurer au plus vite la sécurité alimentaire et subvenir aux besoins nutritionnels des personnes touchées, tout en soutenant des programmes qui s'attaquent aux causes profondes du fléau et permettent de renforcer la résilience des communautés vivant dans des zones touchées par la sécheresse chronique. Cela comprend par exemple le soutien et l'autonomisation des petits agriculteurs et l'amélioration de leurs capacités de résistance face aux difficiles conditions économiques et aléas climatiques.

Lors de cette réunion, l'Union européenne et le PAM ont annoncé un renforcement de leurs efforts conjoints dans le Sahel pour lutter contre la faim auprès des personnes les plus vulnérables - notamment les femmes et les enfants- grâce à l'octroi de 30 millions d'euros par l'Union européenne.

Le PAM prévoit de fournir une assistance alimentaire à 8 millions de personnes et cette nouvelle contribution soutiendra des programmes nutritionnels auprès d'un million d'enfants de moins de 2 ans et 500.000 femmes enceintes et allaitantes qui seront en proie à la malnutrition dans les mois à venir.

« Dans le Sahel, les indicateurs d'alerte précoce sont très significatifs et nous faisons tout ce que nous pouvons pour réduire l'impact des mauvaises récoltes et éviter que la situation ne se transforme en une nouvelle crise alimentaire majeure », a déclaré la Commissaire européenne pour la coopération internationale, l'aide humanitaire et la réaction aux crises, Kristalina Georgieva.

« La Commission européenne est l'un des plus importants bailleurs de fonds au monde et le PAM est le plus grand fournisseur de l'assistance alimentaire d'urgence d'où est né notre partenariat. Notre alliance est forte et notre collaboration a soutenu de nombreux hommes, femmes et enfants touchés par plusieurs crises alimentaires », a-t-elle ajouté.

« La fenêtre d'opportunité pour sauver des millions de personnes victimes de la faim dans le Sahel se referme rapidement. La Commission européenne apporte des ressources vitales dont le PAM a besoin pour agir rapidement et sauver les vies de femmes et enfants qui sont les premières victimes de la faim provoquée par cette sécheresse dans la région », a indiqué de son côté Josette Sheeran.

La contribution aidera à prévenir la malnutrition en intensifiant l'assistance alimentaire au cours des prochains mois. L'objectif est d'anticiper et de réduire l'impact de la crise alimentaire qui menace 12 millions de personnes dans le Sahel, selon la Commission.

La semaine dernière, la Commission européenne a augmenté le montant de ses fonds alloués à la crise alimentaire au Sahel à hauteur de 275 millions d'euros.

Le PAM compte fournir une assistance alimentaire à quelque 8 millions de personnes au Niger, Tchad, Mali, Sénégal, Burkina Faso, Mauritanie et Cameroun. La fréquence croissante des sécheresses dans la région a eu pour effet que les communautés n'ont pas pu se remettre de la crise alimentaire précédente. Les économies des foyers sont épuisées et leur bétail n'est toujours pas reconstitué. Le PAM achète des stocks alimentaires et envoie des équipes sur le terrain en amont de la saison de la faim, du juin à juillet, lorsque la nourriture est rare et les prix sur les marchés locaux sont élevés.

Parmi les participants à la réunion à Rome, il y avait, outre le PAM et la Commission européenne, l'Organisation des Nations Unies pour l'alimentation et l'agriculture (FAO), le Programme des Nations Unies pour le développement (PNUD), le Bureau des Nations Unies pour la coordination des affaires humanitaires (OCHA), le Haut commissariat des Nations Unies pour les réfugiés (HCR), l'agence américaine d'aide au développement (USAID), l'Union africaine, la Communauté économique des États de l'Afrique de l'Ouest (CEDEAO), ainsi qu'un grand nombre de gouvernements bailleurs de fonds.

 

♦ Recevez des mises à jour quotidiennes directement dans votre boîte mail - Inscrivez-vous ici.
♦ Téléchargez l'application ONU Info pour vos appareils iOS ou Android.

Suivre l'actualité : précédents articles sur le sujet

Sahel : l'ONU avertit du risque d'une nouvelle crise alimentaire

La Sous Secrétaire générale des Nations Unies aux affaires humanitaires, Catherine Bragg, a averti mardi que, dans la région du Sahel, la sécheresse combinée à la pauvreté, à la hausse du prix des céréales, à la dégradation de l'environnement et au sous-développement menaçait de faire surgir une nouvelle crise alimentaire et nutritionnelle.