Cambodge : la Cour suprême alourdit la peine de Duch à la prison à vie

3 février 2012
Kaing Guek Eav, alias Duch.

Plus de 30 ans après la mort de près de deux millions de personnes sous le régime des Khmers rouges au Cambodge, la Cour suprême cambodgienne a confirmé la condamnation de Kaing Guek Eav, alias Duch, et a alourdi la peine à la prison à perpétuité.

Duch a écopé de la peine maximale prévue par la loi pour des crimes contre l'humanité et pour avoir enfreint la Convention de Genève de 1949. Il était le directeur de la prison S-21 à Phnom Penh, où de nombreux Cambodgiens ont été détenus de façon illégale et soumis à des mauvais traitements, dont le travail forcé, la torture et de nombreuses exécutions dans les années 1970. Au moins 12.272 personnes sont mortes dans la prison S-21 sur une période de trois ans.

« Les crimes commis par Kaing Guek Eav sont sans doute parmi les pires de l'histoire de l'humanité », a déclaré le Président de la Cour suprême, Kong Srim, à la lecture du verdict. « Il doit être châtié le plus sévèrement possible pour ses crimes afin de répondre à l'indignation des victimes, de leurs familles et de leurs proches ainsi que celle du peuple cambodgien et de l'humanité toute entière », a-t-il poursuivi.

La Cour suprême a annulé la condamnation à 35 ans d'emprisonnement imposé par les Chambres extraordinaires des tribunaux cambodgiens (CETC) le 26 juillet 2010 ainsi que la décision d'accorder une réparation à Kaing Guek Eav pour la détention illégale dont il a fait l'objet par le Tribunal militaire cambodgien de 1999 à 2007.

La Cour suprême a fait savoir que le CETC avait accordé trop de poids aux circonstances atténuantes et insuffisamment d'importance à la gravité des crimes et aux circonstances aggravantes. La Cour a donc donné partiellement raison à l'appel des co-procureurs qui avaient demandé un cumul des condamnations pour les différents crimes contre l'humanité.

« Je me sens soulagé maintenant que tout est devenu clair », a déclaré Nhet Sok de la province de Takeo qui avait perdu un frère tué dans la prison de S-21 et qui s'était porté partie civile. « Je pense que l'âme de mon frère sera satisfaite et je pense qu'il peut désormais être réincarné dans une nouvelle vie. Mes trois sœurs et moi-même pouvons maintenant vivre en paix », a-t-il ajouté.

Les CETC, le tribunal spécial créé par le gouvernement cambodgien et l'ONU pour juger les Khmers rouges, ont été mises en place en 2006. L'ONU fournit une assistance par le biais de l'UNAKRT et participe aux activités du tribunal.

 

♦ Recevez des mises à jour quotidiennes directement dans votre boîte mail - Inscrivez-vous ici.
♦ Téléchargez l'application ONU Info pour vos appareils iOS ou Android.