L'UNESCO condamne le meurtre d'un journaliste somalien

31 janvier 2012

La Directrice générale de l'Organisation des Nations Unies pour l'éducation, la science et la culture (UNESCO), Irina Bokova, a condamné mardi le meurtre du journaliste somalien, Hassan Osman Abdi, et a appelé à des mesures pour améliorer la sécurité des employés des médias dans le pays.

« Le meurtre d'Hassan Osman Abdi est un coup sévère porté à un pays où les médias payent un lourd tribut à l'exercice du droit à la liberté d'expression. La mort de journalistes mine le droit des gens à être informés. Il n'y aura pas de réconciliation ni de reconstruction de la Somalie sans respect de ces droits. J'appelle les autorités à prendre des mesures urgentes pour améliorer la sécurité des journalistes et à enquêter sur le meurtre de M. Hassan Osman Abdi », a dit Mme Bokova dans un communiqué de presse.

Hassan Osman Abdi, âgé de 29 ans, était journaliste et directeur de Shabelle Media Network, un réseau privé de radiotélévision en Somalie. Il a été tué le 28 janvier chez lui dans la capitale Mogadiscio. Selon des sources locales, il a été abattu par cinq hommes armés alors qu'il revenait de Radio Shabelle, où il travaillait sur des sujets politiques.

Vingt-un journalistes et employés de média somaliens ont été assassinés depuis 2006.

En 2011, l'UNESCO a fourni des équipements et assuré des formations en Somalie à plus de 40 professionnels des médias sur les questions de sécurité, sur le journalisme dans les zones de conflits et la couverture des questions humanitaires. Cette assistance était destinée à renforcer la qualité et le flux de l'information humanitaire dans le pays et dans les camps de réfugiés situés dans les pays voisins.

Suivre l'actualité : précédents articles sur le sujet

L'UNESCO condamne le meurtre d'un propriétaire de journal thaïlandais

La Directrice générale de l'Organisation des Nations Unies pour l'éducation, la science et la culture (UNESCO), Irina Bokova, a condamné vendredi le meurtre du propriétaire de journal, rédacteur et militant politique Wisut Tangwitthayaporn, survenu à Phuket (Thaïlande) le 12 janvier et demandé qu'une enquête soit menée sur ce crime.