Iraq : l'ONU salue la ratification de la Convention sur les droits des handicapés

30 janvier 2012

Le Bureau du Haut commissariat des Nations Unies aux droits de l'homme (HCDH) en Iraq s'est félicité lundi de la ratification par les autorités iraquiennes de la Convention sur les droits des personnes handicapées.

« La ratification par l'Iraq de cette convention est une avancée historique pour garantir que les personnes vivant avec un handicap puissent participer pleinement dans la société iraquienne et puissent contribuer à la vie de leur communauté avec tout leur potentiel », a déclaré le chef de l'unité des droits de l'homme de la Mission d`assistance des Nations Unies (MANUI) et chef du HCDH dans ce pays, Francesco Motta.

« Le gouvernement et le peuple d'Iraq doivent être félicités pour la ratification de la convention. L'Iraq reconnaît désormais la contribution potentielle que peuvent faire les personnes handicapées lorsqu'elles bénéficient des mêmes opportunités que les autres citoyens », a-t-il ajouté.

La Convention marque un changement de la façon de voir le handicap qui n'est plus considéré comme un problème social, mais plutôt comme une question de droits de l'homme. Les Etats qui ratifient cette Convention sont obligés de mettre en place des mesures pour promouvoir les droits des personnes handicapées sans discrimination.

« Il est maintenant important que le gouvernement d'Iraq s'assure que la convention soit mise en œuvre. La meilleure façon de le faire serait de consulter les organisations de la société civile et les représentants de la communauté des personnes handicapées pour garantir que les mesures prises protègent et promeuvent le droit à la participation égale », a expliqué M. Motta.

Suivre l'actualité : précédents articles sur le sujet

L'ONU appelle à ne pas exclure les personnes handicapées du développement

Dans la perspective de la Journée internationale des personnes handicapées, le Secrétaire général de l'ONU, Ban Ki-moon, a rappelé vendredi que le nombre de pauvres et de défavorisés est plus élevé chez les personnes handicapées, qui risquent deux fois plus que les autres d'être privées des soins de santé dont elles ont besoin.