Adoption d'une déclaration sur la protection de l'environnement marin

30 janvier 2012

Des délégués de 65 pays participant à une conférence organisée par l'ONU aux Philippines ont convenu d'intensifier leurs efforts pour protéger les océans du monde des activités menées depuis la terre ferme et ont souligné le rôle central de l'environnement marin dans la transition vers une économie à faibles émissions de carbone.

La Déclaration de Manille a été adoptée jeudi, au dernier jour de la Conférence mondiale sur les connexions terre-océan, qui était organisée par le gouvernement des Philippines et le Programme des Nations Unies pour l'Environnement (PNUE).

L'événement de quatre jours a rassemblé des ministres de l'environnement, des scientifiques, des organisations non gouvernementales, des représentants d'institutions financières et d'autres organismes intéressés, avec pour objectif de formuler de nouvelles politiques visant à améliorer la gestion durable des océans et des zones côtières.

Les signataires de la déclaration ont réitéré leur engagement à développer des politiques visant à réduire et à contrôler les eaux usées, les déchets marins et la pollution due aux engrais.

L'accord contient un total de 16 dispositions portant sur les mesures à prendre entre 2012 et 2016 aux niveaux international, régional et local.

Le document appelle notamment les pays à élaborer des directives et des politiques sur l'utilisation durable des éléments nutritifs afin d'améliorer l'efficacité des engrais tels que l'azote et le phosphore.

« La Déclaration de Manille signale une nouvelle voie à suivre pour nous tous », a déclaré la Directrice exécutive adjointe du PNUE, Amina Mohamed.

« La Conférence des Nations Unies sur le développement durable (Rio+20) en juin est une excellente occasion de présenter la Déclaration de Manille au grand public et de lancer des mesures pour réduire l'impact des activités terrestres sur le milieu marin », a-t-elle ajouté.

La déclaration appelle à une action concertée pour réduire la vulnérabilité des communautés côtières aux changements climatiques et pour s'attaquer à la perte de biodiversité, aux polluants organiques persistants (POP) et à l'acidification des océans résultant des activités terrestres.

 

♦ Recevez des mises à jour quotidiennes directement dans votre boîte mail - Inscrivez-vous ici.
♦ Téléchargez l'application ONU Info pour vos appareils iOS ou Android.