Darfour : le chef de la MINUAD demande la fin de l'impunité pour les criminels

19 janvier 2012

Lors d'une réunion avec des personnes déplacées dans l'Etat du Darfour-Nord, au Soudan, le Représentant spécial conjoint de l'Union africaine (UA) et des Nations Unies pour le Darfour, Ibrahim Gambari, a souligné jeudi son engagement à mettre fin à l'impunité pour des actes criminels commis dans les camps de déplacés internes.

« J'ai soulevé la question de l'impunité avec des représentants hauts placés du gouvernement du Soudan. Lorsque des personnes qui commettent des actes criminels sont identifiées, elles doivent être traduites devant la justice. Suite à la pression que nous avons exercée, le gouvernement du Soudan a établi un tribunal spécial avec un procureur spécial pour le Darfour », a déclaré M. Gambari aux représentants des camps de déplacés de Kassab et de Fataborno situés dans la ville de Kutum.

Lors de la réunion, des femmes ont expliqué à l'envoyé de l'UA et de l'ONU que le nombre de viols dans le camp avait augmenté récemment et elles ont réclamé davantage de sécurité. M. Gambari leur a promis de soulever la question avec les autorités locales.

Il a également réaffirmé l'engagement de l'Opération de l'Union africaine et des Nations Unies au Darfour (MINUAD) à mettre en œuvre son mandat et à soutenir le processus de paix dans la région. « Nous devons mettre fin à ce conflit. Le peuple du Darfour a trop souffert », a-t-il indiqué.

Lors de sa visite dans la région, Ibrahim Gambari a rencontré des Casques bleus d'Afrique du Sud basés dans la région. Il leur a demandé de redoubler d'efforts pour assurer la sécurité de la population civile, notamment en multipliant les patrouilles, y compris la nuit.

 

♦ Recevez des mises à jour quotidiennes directement dans votre boîte mail - Inscrivez-vous ici.
♦ Téléchargez l'application ONU Info pour vos appareils iOS ou Android.

Suivre l'actualité : précédents articles sur le sujet

Darfour : l'ONU note des progrès mais la situation sécuritaire reste volatile

Dans un exposé sur le Darfour devant le Conseil de sécurité, le Secrétaire général adjoint des Nations Unies aux opérations de maintien de la paix, Hervé Ladsous, a estimé mercredi que des étapes positives avaient été franchies par les parties en présence dans le cadre du processus de paix de Doha même si la situation sécuritaire et humanitaire restait fragile.