L'ONU appelle le Soudan du Sud à déployer des troupes dans les zones de tensions

19 janvier 2012

Alors que l'Etat de Jonglei est confronté à des tensions interethniques depuis plusieurs mois, la Représentante spéciale de l'ONU, Hilde F. Johnson, a appelé le gouvernement à déployer des troupes supplémentaires.

Alors que l'Etat de Jonglei, au Soudan du Sud, est confronté à des tensions interethniques depuis plusieurs mois, la Représentante spéciale du Secrétaire général de l'ONU dans ce pays, Hilde F. Johnson, a appelé le gouvernement à déployer des troupes supplémentaires pour réduire ces tensions.

« Au cours des derniers mois, la Mission des Nations Unies au Soudan du Sud (MINUSS) a régulièrement déployé ses ressources limitées pour soutenir les efforts destinés à éviter et à atténuer les affrontements dans l'Etat du Jonglei, notamment dans les communautés Lou Nuer, Dinka et Murle », a souligné Mme Johnson lors d'une conférence de presse dans la capitale sud-soudanaise Juba.

« Le déploiement et les patrouilles militaires ont eu lieu dans les trois communautés au cours de l'automne pour décourager la violence et protéger les civils grâce à des mesures préventives », a-t-elle ajouté. « Toutefois, davantage de forces gouvernementales sont nécessaires immédiatement dans les zones clés, ainsi que pour patrouiller dans les zones tampons entre les communautés pour réduire les tensions entre ces communautés et éviter davantage de violence. »

Selon la Représentante spéciale, le plus urgent est de lancer le processus de paix sur le terrain entre les communautés. Elle a salué la décision du gouvernement d'établir une équipe de paix pour mener ce processus de paix et elle a jugé urgent que cette équipe soit nommée pour que les choses avancent. Elle a promis le soutien de la MINUSS à ce processus de paix.

« Le cycle de violence dans le Jonglei a provoqué d'énormes souffrances pour tout le monde dans la région. Cela doit cesser. La MINUSS reste très préoccupée par la dégradation de la situation humanitaire et exhorte une nouvelle fois la communauté internationale à répondre aux besoins humanitaires de manière généreuse et rapide », a dit Mme Johnson.

La Représentante spéciale s'est dite notamment très inquiète des déclarations de haine qui ont été faites par des individus et des groupes. « De telles déclarations violent à la fois le droit international et les lois du Soudan du Sud. Toute déclaration incitant à la violence ethnique est totalement inacceptable. Les Nations Unies condamnent vivement ce type de déclarations », a-t-elle dit.

Elle a appelé les dirigeants de toutes les communautés dans l'Etat de Jonglei, ainsi qu'au niveau national, à appeler à un arrêt d'une telle rhétorique. Elle a aussi appelé le gouvernement à appliquer la loi contre ceux qui incitent à cette violence.

 

♦ Recevez des mises à jour quotidiennes directement dans votre boîte mail - Inscrivez-vous ici.
♦ Téléchargez l'application ONU Info pour vos appareils iOS ou Android.

Suivre l'actualité : précédents articles sur le sujet

Soudan du Sud : des centres de santé détruits lors de combats dans le Jonglei

L'Organisation mondiale de la Santé (OMS) a indiqué vendredi que plusieurs centres de santé dans le nord de l'Etat du Jonglei, au Soudan du Sud, ont été détruits lors de combats dans la région, y compris les centres de santé de Pibor, Lekuangole et Gumruk qui étaient gérés par l'ONG Médecins sans frontières (MSF). L'équipement et les fournitures de ces centres ont été vandalisés.