Ban Ki-moon exhorte le Salvador à réduire les inégalités pour consolider la paix

16 janvier 2012

Le Secrétaire général des Nations Unies, Ban Ki-moon, a exhorté lundi le gouvernement du Salvador à réduire les inégalités socio-économiques et à renforcer le respect des lois grâce à une réforme qui permettrait aux citoyens de voir les résultats positifs et tangibles du processus de paix qui a été initié il y a 20 ans avec la fin de la guerre civile.

« Alors que nous reconnaissons le succès du processus de paix au Salvador, nous ne pouvons pas oublier que la consolidation de la paix est un travail de longue haleine qui demande que les raisons profondes du conflit soient résolues », a déclaré Ban Ki-moon dans son message à l'occasion du 20ème anniversaire de l'accord de paix.

« Les dividendes tangibles de la paix doivent se manifester dans la vie quotidienne des citoyens. La réduction des inégalités socio-économiques et le besoin d'entreprendre des réformes des institutions de la justice font partie des actions prioritaires face à l'insécurité des citoyens », a-t-il ajouté.

Les remarques du Secrétaire général ont été lues par le Directeur des opérations de terrain et de la division de la coopération technique du bureau du Haut commissariat des Nations Unies aux droits de l'homme (HCDH), Anders Kompass. Ban Ki-moon a félicité le pays pour les progrès réalisés jusqu'à présent et il a indiqué que l'anniversaire était l'occasion de faire le point sur la démocratie au Salvador.

« A un moment où la plupart auraient perdu espoir, votre société s'est engagée de façon active dans un processus courageux pour mettre fin au conflit armé. Ce faisant, vous avez irréversiblement tourné une page douloureuse de l'histoire de votre pays », a déclaré le Secrétaire général aux citoyens du Salvador.

Suivre l'actualité : précédents articles sur le sujet

Inondations en Amérique centrale : la catastrophe ne fait que commencer - ONU

La Sous Secrétaire générale des Nations Unies aux affaires humanitaires Catherine Bragg a averti samedi que la crise humanitaire causée par les inondations récentes en Amérique centrale n'était que le début et que la situation risquait d'empirer pour les quelques 1,2 million de personnes affectées sans un soutien international rapide.