Somalie : l'ONU appelle à surmonter les blocages politiques

Le Secrétaire général adjoint aux affaires politiques, B. Lynn Pascoe.
Le Secrétaire général adjoint aux affaires politiques, B. Lynn Pascoe.

Somalie : l'ONU appelle à surmonter les blocages politiques

Dans un exposé au Conseil de sécurité, le Secrétaire général adjoint aux affaires politiques, B. Lynn Pascoe, a exprimé mercredi son inquiétude sur le blocage politique en Somalie et sur la nécessité de renforcer la lutte contre les milices Al-Shabaab.

« Nous sommes particulièrement inquiets de l'impact de la crise parlementaire actuelle. La communauté internationale doit soutenir le Gouvernement fédéral de transition pour résoudre la crise au travers le dialogue. Simultanément, le Conseil a indiqué qu'il a la volonté d'agir contre les ennemis du processus de paix. Nous avons besoin de considérer comment en faire une réalité », a indiqué le Secrétaire général adjoint aux affaires politiques, B. Lynn Pascoe.

« Sur le front sécuritaire, les Al Shabaab continuent d'être menaçants malgré leur retrait de Mogadiscio en août. Ils ont accru les attaques suicide et l'utilisation d'engins explosifs improvisés. Une offensive militaire de la Mission d'observation militaire de l'Union africaine en Somalie (AMISOM) et des puissances régionales pourraient constituer une chance de les mettre en échec », a-t-il ajouté précisant que cela ne sera efficace que s'il existe un changement dans la vie des populations.

Il a souligné que le manque de ressources limite toujours les autorités dans leur pouvoir d'action notamment concernant le contrôle de toutes les zones du pays.

« Malgré une amélioration dans la transparence, les ressources directes au gouvernement n'arrivent toujours pas », a déploré M. Pascoe.

« Alors que nous soutenons les efforts de paix en Somalie, il est important que nous fournissions des moyens concrets pour aider le gouvernement à être ouvert à tous, en renforçant ses capacités à régler les défis sécuritaires, à soutenir la reconstruction et la planification du développement et à générer et collecter des revenues », a-t-il plaidé.

M. Pascoe a estimé qu'il nécessaire que les autorités somaliennes respectent la Feuille de route.

« Dans les prochains mois, il faudra d'abord garantir que le premier jet de la Constitution soit terminé d'ici le 20 avril et adopté par une Assemblée constituante nationale dans les mois qui suivent », a-t-il expliqué.

« Cela sera suivi par des élections d'un nouveau Parlement, réduit de 550 membres actuellement à 225 », a précisé le chef des affaires politiques de l'ONU.

Enfin, il a appelé la communauté internationale à faire des investissements vitaux pendant cette période fragile de mise en œuvre du processus de paix, afin « d'aider le gouvernement à établir son autorité sur toutes les zones du pays, à consolider la sécurité et l'Etat de droit et à étendre les opérations de l'AMISOM comme l'a demandé l'Union africaine ».

Dans une déclaration à la presse publiée par la Présidence du Conseil à l’issue de la réunion, le Conseil de sécurité a réitéré son plein soutien à la Mission de l’Union africaine (AMISOM) et a appelé la communauté internationale à fournir un soutien sans réserve à cette mission afin qu’elle puisse renforcer ses capacités et mieux remplir son mandat.

Les membres du Conseil ont également appelé « les institutions fédérales de transition à rester unies, à afficher une forte volonté politique, et à se concentrer sur la mise en œuvre de la feuille de route dans les temps. » Ils se sont dits prêts « à soutenir toute action contre ceux qui cherchent à saboter le processus de paix, la sécurité et la stabilité en Somalie. »

Les membres du Conseil se sont dits en outre très préoccupés par la situation humanitaire désastreuse en Somalie et par la famine qui affecte le pays. Ils ont appelé toutes les parties et les groupes armés à garantir un accès sans entrave pour permettre la distribution de l’aide humanitaire et à prendre les mesures appropriées pour garantir la sûreté et la sécurité du personnel et des fournitures humanitaires.