Soudan du Sud : l'ONU appelle à mettre un terme au cycle de violence

Des femmes et leurs enfants déplacés par les tensions ethniques près de Pibor, dans l'Etat de Jonglei, au Soudan du Sud.
Des femmes et leurs enfants déplacés par les tensions ethniques près de Pibor, dans l'Etat de Jonglei, au Soudan du Sud.

Soudan du Sud : l'ONU appelle à mettre un terme au cycle de violence

En visite dans l'Etat de Jonglei au Soudan du Sud en proie à des violences entre les ethnies Lou Nuer et Murle, la Représentante de l'ONU pour ce pays, Hilde Johnson, a appelé samedi les parties au conflit à l'arrêt de ce cycle de violence.

En visite dans les villages de Pibor et Fartait dans l'Etat de Jonglei au Soudan du Sud en proie depuis plusieurs semaines à des violences entre les ethnies Lou Nuer et Murle, la Représentante de l'ONU pour ce pays, Hilde Johnson, a appelé samedi les différentes parties au conflit à l'arrêt immédiat de ce cycle de violence.

« Il faut mettre un terme à ce cycle de violence. Les populations de l'Etat de Jonglei de tous bords ont assez souffert. La sûreté et la sécurité de tous doivent maintenant être la priorité. Cela signifie qu'une action doit être engagée, coordonnée par toutes les parties concernées pour réaliser la paix et la stabilité », a dit Mme Johnson dans un communiqué en précisant le besoin pour les autorités de déployer davantage de forces de sécurité dans la zone.

Cette semaine plus de 400 Casques bleus supplémentaires ont été déployés afin d'assurer la sécurité et organiser le retour d'environ 60.000 déplacés qui ont fui les violences. Selon l'ONU, plus de 90.000 personnes sont affectées directement par les affrontements.

« Une crise humanitaire est en train de naître à moins qu'une action ne soit entreprise très vite. Je suis extrêmement inquiète », a souligné la Représentante spéciale.

En réponse à la crise, l'ONU a lancé un appel aux bailleurs de fonds s'élevant à 763 millions de dollars. Vendredi, le Bureau de coordination des affaires humanitaires (OCHA) a fait savoir que 8% de cette somme a été reçue à ce jour.

Selon des informations provenant du terrain, il y aurait eu plusieurs cas de mortalité infantile et de kidnappings, ce qui affecte lourdement la population qui reste très vulnérable à cause de la perte de ses biens, du manque de produits agricoles, des engins explosifs et des prix élevés pour les aliments et le carburant. Le Programme alimentaire mondial (PAM) a mis en place un plan à la fin de l'année 2011 qui prévoit d'apporter une assistance à plus de 2,7 millions de personnes affectées par le conflit.

De son côté, le Haut commissariat des Nations Unies pour les réfugiés (HCR) a débuté un pont aérien pour transporter du matériel d'aide vers Malakal et Mabaan. Depuis le 20 décembre, 16 rotations aériennes opérées par des avions cargo ont déjà permis d'acheminer 1.450 tentes familiales, 10.000 kits d'ustensiles de cuisine, 18.000 couvertures, 18.000 jerrycans, des bâches en plastique, des nattes de couchage, des moustiquaires et d'autres articles de secours essentiels.

Enfin, la Représentante spéciale a salué l'annonce du gouvernement sud-soudanais qu'il allait lancer une enquête sur les récents incidents. Elle a rappelé le soutien de la Mission des Nations au Soudan du Sud (MINUSS) auprès du gouvernement et de la population.