Chine: des experts de l'ONU appellent à libérer un avocat défenseurs des droits humains

23 décembre 2011

Des experts des droits de l'homme de l'ONU ont dénoncé vendredi le maintien en détention secrète de Gao Zisheng, un avocat défenseurs des droits humains en Chine qui a été arrêté en 2006.

« Il est alarmant que M. Gao continue d'être détenu de manière arbitraire. Sa détention durant des années constitue une violation des droits de l'homme y compris son droit fondamental à bénéficier d'un procès équitable. J'exhorte les autorités à relâcher M. Gao », a déclaré vendredi le co-président du Groupe de travail sur la détention arbitraire, El Hadji Malick Sow, dans un communiqué.

M. Gao aurait été arrêté en 2006 pour avoir entrepris un travail de plaidoyer contre les violations des droits humains en Chine. Il a été accusé de subversion contre le pouvoir étatique, sans avoir pu plaider à la cour, sa licence de praticien du droit lui ayant été retirée en 2005.

Le Rapporteur spécial pour la promotion et la protection du droit de la liberté d'opinion et d'expression a également « appelé le gouvernement de la République populaire de Chine à prendre des mesures effectives pour protéger M. Gao contre de telles attaques ».

M. Gao a été secrètement emprisonné plusieurs fois. Depuis 20 mois il est détenu dans un endroit inconnu. Le groupe d'experts a exprimé son inquiétude sur son possible état de santé.

 

♦ Recevez des mises à jour quotidiennes directement dans votre boîte mail - Inscrivez-vous ici.
♦ Téléchargez l'application ONU Info pour vos appareils iOS ou Android.

Suivre l'actualité : précédents articles sur le sujet

Chine : l'ONU préoccupée par la détention de défenseurs des droits humains

Le Haut commissariat des Nations Unies aux droits de l'homme (HCDH) a exprimé mardi sa préoccupation concernant les informations rapportées par les médias étatiques chinois selon lesquels un tribunal de la capitale Beijing aurait décidé de remplacer le régime de liberté conditionnelle de l'avocat des droits de l'homme Gao Zhiseng par trois ans d'emprisonnement ferme.