Le mandat de la force de l'ONU à Abyei au Soudan prorogé de cinq mois

Des casques bleus au Soudan en patrouille dans la région d'Abyei.
Des casques bleus au Soudan en patrouille dans la région d'Abyei.

Le mandat de la force de l'ONU à Abyei au Soudan prorogé de cinq mois

Le Conseil de sécurité a adopté jeudi une résolution prorogeant le mandat Force intérimaire de sécurité des Nations Unies pour Abyei (FISNUA) au Soudan pour cinq mois supplémentaires.

Le Conseil a demandé au gouvernement soudanais et au gouvernement sud soudanais de négocier rapidement avec l'ONU un Accord sur le statut des forces sachant que la FISNUA ne peut s'acquitter effectivement de son mandat que si les parties prenantes honorent les engagements qu'ils ont pris.

« Les engagements pris par le gouvernement soudanais et le gouvernement sud-soudanais dans l'Accord concernant les arrangements provisoires pour l'administration et la sécurité de la zone d'Abyei, conclu le 20 juin » et « l'Accord sur la sécurité des frontières et le Mécanisme conjoint pour les questions politiques et la sécurité, conclu le 29 juin, et dans l'Accord relatif à la Mission d'appui au contrôle de la frontière, conclu le 30 juillet » doivent être respectés, a rappelé le Conseil de sécurité dans la résolution.

Dans la résolution le Conseil a salué l'assistance du Groupe de mise en œuvre de haut niveau de l'Union africaine et son président, Thabo Mbeki, le Premier Ministre éthiopien, Meles Zenawi, le Représentant spécial du Secrétaire général, Haïle Menkerios, et le Chef de mission de la Force intérimaire de sécurité des Nations Unies pour Abyei (FISNUA), le général de corps d'armée Tadesse Werede Tesfay.

Le Conseil de sécurité a aussi « exigé des gouvernements soudanais et sud-soudanais qu'ils retirent immédiatement et sans conditions tous les militaires et le personnel de police se trouvant encore dans la zone d'Abyei, et achèvent dans les plus brefs délais de mettre sur pied l'Administration de la zone d'Abyei et le Service de police d'Abyei, conformément aux engagements qu'ils ont souscrits dans l'Accord du 20 juin ».

La résolution fait part de la préoccupation du Conseil par tous les actes de violence commis dans la zone d'Abyei contre les civils en violation du droit international humanitaire et du droit international des droits de l'homme, notamment le meurtre et les déplacements de civils en grand nombre, et a rappelé que la FISNUA veillera notamment à surveiller le respect des droits de l'homme.