L'ONU déplore le manque de progrès dans le processus de paix israélo-palestinien

20 décembre 2011
Oscar Fernandez-Taranco.

Les nombreux incidents violents survenus le mois dernier et le manque de progrès dans le processus de paix entre Israéliens et Palestiniens menacent la mise en œuvre d'une solution à deux Etats, a estimé mardi le Sous Secrétaire général de l'ONU aux affaires politiques, Oscar Fernandez-Taranco devant le Conseil de sécurité.

Les nombreux incidents violents survenus le mois dernier et le manque de progrès dans le processus de paix entre Israéliens et Palestiniens menacent la mise en œuvre d'une solution à deux Etats, a estimé mardi le Sous Secrétaire général de l'ONU aux affaires politiques, Oscar Fernandez-Taranco devant le Conseil de sécurité.

« Alors que la fin de l'année approche, la situation sur le terrain se détériore et le chemin vers la paix semble dangereusement incertain », a déclaré le Sous Secrétaire général de l'ONU aux affaires politiques, Oscar Fernandez-Taranco, devant le Conseil de sécurité lors de la session d'information mensuelle sur le Moyen-Orient.

« Nous ne devons pas permettre à cette dynamique négative de se développer, le prix en serait trop élevé. Notre défi reste inchangé, nous devons aider les parties prenantes à surmonter leurs différends », a-t-il ajouté en faisant allusion au besoin de reprendre des négociations directes avec des propositions sérieuses sur la sécurité, la question des frontières et l'arrêt des provocations de part et d'autres.

Les négociations directes ont arrêté en septembre de l'année dernière suite au refus israélien de geler les activités de colonisation dans les Territoires palestiniens occupés. Cette décision israélienne a poussé le Président de l'Autorité palestinienne, Mahmoud Abbas, à se retirer des négociations directes avec le Premier ministre israélien Benjamin Netanyahou, après seulement deux semaines de pourparlers qui avaient suivi deux ans d'absence de négociations.

« La réalisation de la solution de deux Etats n'a pas progressé. Cela érode les espoirs et souligne de nouveau le besoin urgent des deux côtés de s'engager sans attendre dans des négociations sérieuses et en profondeur pour surmonter les problèmes qui empêchent d'arriver à un statut permanent », a rappelé M. Fernandez-Taranco.

Au cours du dernier mois, les autorités israéliennes ont annoncé la construction de plusieurs nouvelles colonies, la démolition de 57 bâtiments palestiniens en Cisjordanie, une flambée de violence de la part des colons israéliens et plus de 300 opérations militaires israéliennes en Cisjordanie.

A Gaza et dans le sud d'Israël, la situation sécuritaire a connu une « dégradation dangereuse » selon M. Fernandez-Taranco soulignant que 45 projectiles ont été tirés de Gaza vers Israël, et les forces israéliennes ont effectué neuf incursions et 13 attaques aériennes sur la bande de Gaza.

« Nous condamnons fermement tout tir de projectile vers des zones civiles et nous demandons à Israël à faire preuve de retenue maximale », a souligné M. Fernandez-Taranco en ajoutant que les efforts de la communauté internationale pour relancer les négociations directes continuent.

Récemment, les représentants du Quatuor se sont rencontrés avec les parties prenantes pour tenter de relancer le processus de paix. Le Quatuor comprend l'ONU, l'Union européenne, la Russie et les Etats-Unis. Ils ont exhorté les parties prenantes à créer une atmosphère propice à la reprise des négociations et ils ont demandé aux deux parties d'éviter les actions provocatrices

 

♦ Recevez des mises à jour quotidiennes directement dans votre boîte mail - Inscrivez-vous ici.
♦ Téléchargez l'application ONU Info pour vos appareils iOS ou Android.