Le HCR met en place un pont aérien pour aider les réfugiés au Soudan du Sud

20 décembre 2011

Le Haut commissariat des Nations Unies pour les réfugiés (HCR) a démarré mardi un pont aérien à grande échelle à partir du Kenya pour acheminer une aide d'urgence à environ 50.000 réfugiés.

Le Haut commissariat des Nations Unies pour les réfugiés (HCR) a démarré mardi un pont aérien à grande échelle à partir du Kenya pour acheminer une aide d'urgence à environ 50.000 réfugiés.

La première rotation sur un total de 18 a eu lieu ce matin. L'avion-cargo Hercules C-130 a quitté Nairobi ce matin avec à son bord 12 tonnes de produits de secours non alimentaires, notamment des bâches et des rouleaux de plastique, des nattes de couchage, des couvertures, des moustiquaires, des seaux, des jerrycans et des ustensiles de cuisine. Il a atterri vers 11h00 du matin à l'aéroport de Malakal, au Soudan du Sud, qui est situé à proximité des sites de réfugiés.

« Ces biens de secours sont grandement nécessaires », a indiqué Vivian Tan, porte-parole du HCR à Juba, au Soudan du Sud. « Les familles arrivent souvent épuisées, affamées, transies ou malades. Nous avons déjà distribué tout ce dont nous disposions sur place, y compris l'aide depuis Juba et Malakal. Notre entrepôt ici est presque vide maintenant. »

Les 17 autres rotations achemineront 272 tonnes de provisions de secours de Nairobi à Malakal. De Malakal, les articles seront transportés par route sur plus de 300 kilomètres vers le comté de Maban dans l'Etat du Haut Nil au nord-est et à une distance similaire vers l'Etat de l'Unité à l'ouest. Les 18 vols coûteront au total 1,5 millions de dollars, et les biens de secours transportés ont une valeur de 2,5 millions de dollars.

En outre, 10.000 tentes devraient être expédiées à partir de nos entrepôts de Dubaï au cours des prochaines semaines. Leur coût est évalué à plus de huit millions de dollars.

Ces derniers mois, les Etats du Haut Nil et d'Unity au Soudan du Sud ont généreusement accueilli les réfugiés fuyant les combats dans les Etats du Nil Bleu et du Kordofan du Sud au Soudan.

« De nombreuses familles affirment qu'elles sont parties avec presque rien et qu'elles ont marché pendant des semaines dans la brousse, s'arrêtant là où elles trouvaient de l'eau et poursuivant leur chemin quand la source se tarissait », a indiqué Vivian Tan. « Certaines ont été bloquées dans les zones fortement boisées à la frontière avec le Soudan du Sud. »

Dans l'Etat du Haut Nil, plus de 40.000 réfugiés sont arrivés depuis septembre. Parmi eux, 25.000 réfugiés se trouvent dans le camp de Doro et environ 15.000 sont bloqués dans la zone frontalière de El Foj. Ces deux endroits sont situés dans le comté de Maban. En outre, quelque 27.000 réfugiés seraient dispersés dans les zones frontalières de Guffa plus au nord. Les équipes de surveillance des frontières du HCR tentent de rejoindre ces zones reculées pour vérifier ces informations.

Avant la rotation de ce matin, l'agence des Nations Unies pour les réfugiés a distribué des biens de secours qui étaient disponibles à l'intérieur du pays à plus de 19.000 réfugiés soudanais du camp de Doro. Ces articles comprenaient des bâches en plastique pour

 

♦ Recevez des mises à jour quotidiennes directement dans votre boîte mail - Inscrivez-vous ici.
♦ Téléchargez l'application ONU Info pour vos appareils iOS ou Android.

Suivre l'actualité : précédents articles sur le sujet

Le Soudan du Sud rejoint l'initiative de transparence des industries extractives - ONU

La Mission des Nations Unies au Soudan du Sud (MINUSS) a salué vendredi l'engagement du gouvernement du Soudan du Sud à rejoindre l'Initiative de transparence des industries extractives. Cette étape est l'une des plus importantes mesures pour améliorer la gouvernance annoncée par le gouvernement, a estimé la Mission onusienne.