FAO : un ouvrage destiné aux communautés pour mieux protéger la forêt amazonienne

20 décembre 2011

Une nouvelle étude de l'Organisation des Nations Unies pour l'alimentation et l'agriculture (FAO) publiée mardi a démontré comment les fruits et les plantes de la forêt amazonienne peuvent être utilisés pour améliorer l'alimentation des populations et leurs moyens de subsistance.

« Durant l'Année internationale des forêts, nous avons réussi à mettre en évidence les liens étroits entre les peuples et les forêts, ainsi que les nombreux avantages que procurent les forêts si elles sont gérées par les communautés locales de façon durable », a déclaré le Sous-directeur général de la FAO responsable du Département des forêts, Eduardo Rojas-Briales.

« Environ 80% des personnes vivant dans les pays en développement comptent sur les produits forestiers non ligneux tels que les fruits et les plantes médicinales pour leurs besoins nutritionnels et de santé. Ce nouveau livre fournit des informations complètes sur les fruits et les plantes de l'Amazonie, et est un parfait exemple de la façon dont on peut rendre nos connaissances accessibles aux populations pauvres afin qu'elles puissent maximiser les avantages des produits et services forestiers et améliorer leurs moyens de subsistance », a-t-il expliqué.

L'ouvrage intitulé « Arbres fruitiers et plantes utiles dans la vie amazonienne »a été produit par la FAO, le Centre de recherche international sur les forêts et Peuple et plantes international (People and Plants International). Il a été dévoilé lors d'une cérémonie à la FAO marquant la clôture de l'Année internationale des forêts.

« C'est un livre peu commun. Ecrit par et pour des villageois ruraux peu cultivés, il renferme une multitude d'avis sur les valeurs multiples des forêts », a déclaré Patricia Shanley, experte auprès du Centre de recherche international sur les forêts et rédactrice-en-chef de la publication.

« Cet ouvrage permet la coexistence des données sur la nutrition et l'écologie aux côtés de la musique et du folklore donnant ainsi vie aux forêts et à leurs habitants », a-t-elle souligné.

L'Amazonie est la plus grande forêt tropicale restant dans le monde. Quelque 25 millions de personnes vivent dans la seule Amazonie brésilienne. La déforestation, les incendies et les changements climatiques pourraient devenir autant de causes de déstabilisation de la région et pourraient entraîner en 65 ans un rétrécissement de la forêt d'un tiers par rapport à sa taille actuelle, selon la publication.

 

♦ Recevez des mises à jour quotidiennes directement dans votre boîte mail - Inscrivez-vous ici.
♦ Téléchargez l'application ONU Info pour vos appareils iOS ou Android.

Suivre l'actualité : précédents articles sur le sujet

La FAO juge urgent la conservation des écosystèmes forestiers de montagne

L'intégrité et la résilience des forêts de montagne sont menacées par la hausse des températures et des feux de brousse, la croissance démographique et l'insécurité alimentaire et énergétique, selon une nouvelle publication de l'Organisation des Nations Unies pour l'alimentation et l'agriculture (FAO) parue vendredi.