L'UNESCO exprime sa tristesse à l'annonce du décès de la chanteuse Cesaria Evora

19 décembre 2011

La Directrice générale de l'Organisations des Nations Unies pour l'éducation, la science et la culture (UNESCO), Irina Bokova, a exprime sa profonde tristesse à l'annonce du décès de la chanteuse Cap-Verdienne, Cesaria Evora.

« Avec Cesaria Evora disparaît une très grande dame de la chanson, porte voix douce et passionnée de l'Afrique et du rapprochement des cultures. Elle avait foulé une dernière fois de ses pieds nus la scène de l'UNESCO en 2009, pour les 20 ans du prix Houphouët-Boigny pour la recherche de la paix », a déclaré la chef de l'UNESCO.

« Son décès en 2011, Année internationale des Nations Unies des personnes d'ascendance africaine, est aussi un appel à transmettre son message », a-t-elle ajouté.

Selon la presse, la chanteuse capverdienne s'est éteinte samedi 17 décembre à São Vicente (Cap-Vert), à l'âge de 70 ans à peine trois mois après avoir mis fin à sa carrière en raison de ses problèmes de santé.

 

♦ Recevez des mises à jour quotidiennes directement dans votre boîte mail - Inscrivez-vous ici.
♦ Téléchargez l'application ONU Info pour vos appareils iOS ou Android.

Suivre l'actualité : précédents articles sur le sujet

L'UNESCO exhorte le Honduras à protéger la liberté d'expression

La Directrice générale de l'Organisation des Nations Unies pour l'éducation, la science et la culture (UNESCO), Irina Bokova, a condamné vendredi le meurtre de la journaliste de radio Luz Marina Paz Villalobos à Tegucigalpa (Honduras) le 6 décembre, et a exhorté les autorités à protéger la liberté d'expression dans le pays.