Abyei : le Conseil de sécurité élargit le mandat de la FISNUA

14 décembre 2011

Le Conseil de sécurité de l'ONU a décidé mercredi d'élargir le mandat de la Force intérimaire de sécurité des Nations Unies pour Abyei (FISNUA), qui est chargée désormais d'appuyer le mécanisme conjoint de vérification et de surveillance de la frontière entre le Soudan et le Soudan du Sud.

Le Conseil de sécurité de l'ONU a décidé mercredi d'élargir le mandat de la Force intérimaire de sécurité des Nations Unies pour Abyei (FISNUA), qui est chargée désormais d'appuyer le mécanisme conjoint de vérification et de surveillance de la frontière entre le Soudan et le Soudan du Sud.

Par la résolution 2024 (2011), présentée par la délégation des États-Unis et adoptée à l'unanimité de ses quinze membres, le Conseil de sécurité considère qu'il est urgent que le Soudan et le Soudan du Sud entament le processus de normalisation de leur frontière et juge que la situation qui règne sur cette frontière constitue une menace pour la paix et la sécurité internationales.

A cette fin, le Conseil de sécurité a décidé que la FISNUA aiderait le Soudan et le Soudan du Sud à honorer, dans la Zone frontalière démilitarisée de sécurité, les engagements de sécurité qu'ils ont pris dans les accords des 29 juin et 30 juillet.

Le Conseil de sécurité charge désormais la FISNUA d'appuyer les activités opérationnelles du Mécanisme conjoint de vérification et de surveillance de la frontière, notamment dans la mise en œuvre du Document directif conjoint sur la sécurité de la frontière en date du 30 mai 2011.

La FISNUA aidera ainsi le Mécanisme conjoint à disposer des cartes et des données géographiques et cartographiques nécessaires pour surveiller l'application de l'Accord du 29 juin 2011 sur la sécurité de la frontière et le mécanisme politique et de sécurité conjoint. Elle aura également pour nouvelles tâches de faciliter la liaison entre les parties et de les aider à mettre en place le long de la frontière des mécanismes bilatéraux de gestion efficaces.

Le Conseil demande en outre à tous les États Membres, en particulier au Soudan et au Soudan du Sud, de faire en sorte que tout le personnel, ainsi que le matériel, destinés à l'usage exclusif et officiel de la FISNUA puissent circuler en toute liberté à destination et en provenance d'Abyei et dans l'ensemble de la Zone frontalière démilitarisée de sécurité.

Il prie instamment le gouvernement du Soudan et le gouvernement du Soudan du Sud de coopérer pleinement entre eux et d'appuyer pleinement la FISNUA pour lui permettre d'exécuter intégralement son mandat.

L'Accord du 29 juin entre le gouvernement soudanais et le gouvernement sud-soudanais, relatif à la sécurité des frontières et au Mécanisme politique et de sécurité conjoint, prévoit la création d'une Zone frontalière démilitarisée de sécurité et l'appui des Nations Unies au contrôle et à la surveillance de ladite zone. L'accord relatif à la Mission d'appui au contrôle de la frontière, conclu le 30 juillet par le gouvernement soudanais et le gouvernement sud-soudanais, développe le principe d'un Mécanisme conjoint de surveillance et de contrôle de la frontière, dont le ressort coïncidera avec la Zone, et d'un Mécanisme politique et de sécurité conjoint.

Créée le 27 juin 2011 pour une période initiale de six mois, la FISNUA est chargée d'assurer, avec l'assistance du gouvernement éthiopien, la sécurité dans la Zone d'Abyei, avec un effectif maximum de 4.200 militaires, de 50 policiers et d'un personnel civil d'appui correspondant.

 

♦ Recevez des mises à jour quotidiennes directement dans votre boîte mail - Inscrivez-vous ici.
♦ Téléchargez l'application ONU Info pour vos appareils iOS ou Android.

Suivre l'actualité : précédents articles sur le sujet

Belarus : l'ONU dénonce la condamnation d'un défenseur des droits humains

La peine de 4 ans et demie de prison infligée la semaine dernière à Ales Bialiatski, défenseur des droits de l'homme au Belarus, est « préoccupante », a indiqué mardi une porte-parole du Haut commissariat des Nations Unies aux droits de l'homme (HCDH), Ravina Shamdasani.