Une explosion au sud du Liban blesse cinq casques bleus

Patrouille de la FINUL.
Patrouille de la FINUL.

Une explosion au sud du Liban blesse cinq casques bleus

Cinq casques bleus des Nations Unies servant au Liban ont été blessés vendredi dans une explosion qui a visé leur véhicule au sud du Liban, a indiqué la Force intérimaire des Nations Unies au Liban (FINUL).

Un véhicule de la FINUL circulait dans les faubourgs au sud de la ville portuaire de Tyr quand il a été apparemment l'objet d'une attaque, a précisé la Force onusienne.

Les cinq casques bleus blessés, qui appartenaient au bataillon français, ont été traités sur le lieu de l'explosion et ont ensuite été évacués pour des soins médicaux supplémentaires. Deux civils ont également été blessés.

Le Secrétaire général de l'ONU, Ban Ki-moon, et le Conseil de sécurité ont vivement condamné cette attaque et ont souhaité que les auteurs soient rapidement identifiés et traduits en justice. "Cette attaque contre la FINUL, la troisième depuis mai 2011, est très troublante. La sécurité du personnel des Nations Unies au Liban est de la plus grande importance", a dit le porte-parole de Ban Ki-moon dans une déclaration.

"Les membres du Conseil de sécurité ont noté l'engagement du Liban à lancer une enquête, à traduire les auteurs de cette attaque et à protéger les mouvements de la FINUL", a dit la Présidence du Conseil de sécurité dans une déclaration, appelant à la finalisation rapide de cette enquête.

Le commandant de la FINUL, le général Alberto Asarta Cuevas a également condamné "cette attaque dans les termes les plus forts. Cet acte vil et méprisable ne vise pas seulement à faire du mal aux casques bleus mais aussi à saper la stabilité et la paix qui prévalent dans le sud".

"Après cette attaque, la détermination et l'engagement de la FINUL à assurer son mandat dans le cadre de la résolution 1701 du Conseil de sécurité de l'ONU sont plus forts que jamais. Nous ne serons pas détournés de nos tâches et resterons concentrés sur nos efforts pour remplir notre mandat au côté des forces armées libanaises", a-t-il ajouté. "En même temps, il est impératif que les auteurs de cette attaque soient identifiés et traduits en justice."

La FINUL a précisé que des équipes d'enquêteurs et de médecine légale se trouvaient actuellement sur place avec leurs homologues militaires libanais pour examiner les faits et circonstances entourant cette attaque.

La FINUL, qui opère depuis 1978, compte actuellement 12.000 casques bleus de 35 pays déployés au Liban.

Il s'agit de la troisième attaque directe contre la FINUL cette année. Deux convois logistiques de la FINUL ont été la cible d'attaques utilisant des engins explosifs sur la route côtière près de la ville de Saïda en mai et en juillet.