RDC : Wallström salue les sanctions du Conseil de sécurité contre un chef de milice

1 décembre 2011

La Représentante spéciale du Secrétaire général des Nations Unies sur la violence sexuelle dans les conflits, Margot Wallström, a salué jeudi les sanctions prises par le Conseil de sécurité contre le commandant de la milice Mai Mai, Ntabo Ntaberi Sheka, en République démocratique du Congo (RDC), pour avoir planifié et ordonné des viols collectifs dans la ville de Walikale à l'est du pays en juillet et août 2010.

« Cette décision importante du Conseil de sécurité envoie le message clair que l'impunité pour ce genre de crimes ne sera pas tolérée et que la communauté internationale est prête à employer tous les moyens à sa disposition pour poursuivre les auteurs », a déclaré Mme Wallström dans une déclaration à la presse.

La Représentante spéciale avait mardi jugé « complètement inacceptable » le fait que le commandant de milice Ntabo Ntaberi Sheka ait pu mener campagne lors des élections en tant que candidat pour siéger au Parlement alors que des accusations de viols collectifs pèsent contre lui.

« L'interdiction de voyage au niveau mondial et le gel des avoirs de M. Sheka imposée par la résolution 1533 du Conseil de sécurité, servira à restreindre la marge de manœuvre de M. Sheka et d'autres commandants responsables de violations des droits de l'homme », a-t-elle dit jeudi.

Mme Wallström a fait savoir qu'elle continuerait à surveiller la situation en RDC, notamment dans le domaine de la violence sexuelle et elle a exprimé sa solidarité avec les victimes.

 

♦ Recevez des mises à jour quotidiennes directement dans votre boîte mail - Inscrivez-vous ici.
♦ Téléchargez l'application ONU Info pour vos appareils iOS ou Android.

Suivre l'actualité : précédents articles sur le sujet

RDC : des viols en 2010 pourraient constituer des crimes contre l'humanité

Les viols de masse commis l'an dernier dans le territoire de Walikale, au Nord-Kivu, en République démocratique du Congo (RDC), pourraient constituer des crimes contre l'humanité, selon un rapport du Bureau conjoint des Nations Unies aux droits de l'homme (BCNUDH).