Liban et Israël : l'ONU appelle à la retenue après des tirs de roquettes à la frontière

29 novembre 2011

Le Secrétaire général de l'ONU, Ban Ki-moon, a condamné mardi le tir d’au moins deux roquettes sur Israël à partir du sud du Liban, dans la nuit du 29 novembre 2011, et a appelé les parties à faire preuve de retenue.

Le Secrétaire général de l’ONU, Ban Ki-moon, a condamné mardi le tir d’au moins deux roquettes sur Israël à partir du sud du Liban, dans la nuit du 29 novembre 2011, et a appelé les parties à faire preuve de retenue.

Ban Ki-moon a exhorté « toutes les parties à faire preuve d’un maximum de retenue », a dit son porte-parole dans un communiqué. Il a appelé les parties à respecter « leur obligation d’adhérer pleinement à la résolution 1701 du Conseil de sécurité (2006) » et « l’accord sur la cessation des hostilités ».

Les Forces de défense israéliennes ont « répliqué par des tirs d’artillerie sur la zone d’où les roquettes ont été lancées » et « aucune victime n’a été signalée d’un côté comme de l’autre, et la situation est redevenue calme », a souligné le porte-parole.

La Force intérimaire des Nations Unies au Liban (FINUL) est en train « d’enquêter sur les circonstances de cet incident en coopération avec les Forces armées libanaises et les Forces de défense israéliennes », a-t-il ajouté.

La FINUL a pour sa part aussi appelé mardi les parties à faire preuve de retenue après ces tirs de roquettes.

Le Commandant de la FINUL, Alberto Asarta Cuevas, est « en train de maintenir des contacts étroits avec les parties et a appelé à faire preuve d'un maximum de retenue dans le but d'empêcher toute escalade de la situation », a indiqué un communiqué de la FINUL.

La FINUL a confirmé que ses radars avaient détecté le tir d'au moins une roquette sur Israël peu après minuit la nuit dernière dans la zone de Rumaysh au sud du Liban. Les autorités israéliennes ont indiqué à la Force onusienne qu'un certain nombre de roquettes se sont écrasées au nord d'Israël.

« Pour l'instant, aucun blessé n'a été rapporté des deux côtés. Il n'y a eu aucune revendication de l'attaque », a noté la mission onusienne.

La FINUL, en coopération avec les parties, est actuellement « en train d'enquêter sur le terrain pour déterminer les faits et circonstances de l'incident ainsi que de localiser le site de lancement du tir de la roquette ».

« C'est un incident sérieux en violation de la résolution 1701 du Conseil de sécurité et clairement fait pour saper la stabilité dans la zone », a estimé le général Cuevas. « Il est impératif d'identifier et d'appréhender les responsables de cette attaque », a-t-il ajouté, précisant que des troupes supplémentaires avaient été déployées sur le terrain afin d'intensifier les patrouilles.

Alberto Asartas Cuevas a indiqué que les deux parties lui avaient réitéré leur engagement au maintien de la cessation des hostilités conformément à la résolution 1701. Le respect de la Ligne bleue, qui sépare le Liban d'Israël, est l'un des points les plus importants de la résolution 1701 qui a mis un terme en 2006 au conflit entre Israël et le mouvement libanais Hezbollah.

 

♦ Recevez des mises à jour quotidiennes directement dans votre boîte mail - Inscrivez-vous ici.
♦ Téléchargez l'application ONU Info pour vos appareils iOS ou Android.

Suivre l'actualité : précédents articles sur le sujet

Liban : une volonté politique est nécessaire pour maintenir la paix - ONU

Le sud du Liban a connu sa plus longue période de stabilité depuis des années, mais une volonté politique forte est nécessaire pour éviter un regain de la violence, a déclaré jeudi le Coordonnateur spécial des Nations Unies pour le Liban, Michael Williams, qui a appelé le Liban et les pays voisins à travailler ensemble pour arriver à un cessez-le-feu permanent.