Restauration de Pompéi : l'UNESCO et l'Italie signent un accord de coopération

Le site archéologique de Pompéi.
UNESCO/J. Frias Velatti/Juan Frias Velatti
Le site archéologique de Pompéi.

Restauration de Pompéi : l'UNESCO et l'Italie signent un accord de coopération

L'Organisation des Nations Unies pour l'éducation, la science et la culture (UNESCO) et l'Italie ont signé mardi un accord dans lequel ils s'engagent à collaborer à propos de la restauration des Zones archéologiques de Pompéi, Herculanum et Torre Annunziata, un site inscrit sur la Liste du patrimoine mondial de l'UNESCO en 1997.

L'attention internationale s'est portée sur ce site à la fin de l'année 2010, lorsque des pluies torrentielles ont provoqué l'effondrement de plusieurs vestiges, notamment de la Schola Armaturarum (la Maison des gladiateurs) et de la Maison du moraliste, a précisé l'UNESCO dans un communiqué de presse.

D'après cet accord, signé par le Sous-Directeur général de l'UNESCO pour la culture, Francesco Bandarin, l'UNESCO fournira une expertise au gouvernement italien quant aux manières d'améliorer la conservation de ce bien, conformément aux recommandations du Comité du patrimoine mondial. La contribution de l'UNESCO à cette restauration sera financée par le ministère italien du patrimoine et des activités culturelles.

« Cet accord est le fruit d'une coopération de longue date entre l'UNESCO et l'Italie en vue de soutenir la conservation du Patrimoine mondial », a déclaré Francesco Bandarin, qui a également décrit la préservation du site de Pompéi comme « une tâche complexe ».

L'accord prévoit que cette collaboration s'étendra sur une période de neuf mois, qui pourra être prolongée.

Le site de Pompéi regroupe les vestiges de deux villes romaines florissantes et de nombreuses maisons de la région, ensevelies sous les cendres et la lave lors de l'éruption du Vésuve le 24 août de l'an 79 et progressivement mis au jour depuis le milieu du XVIIIe siècle.