RDC : Ban Ki-moon appelle à des élections dans la sécurité

27 novembre 2011

Le Secrétaire général des Nations Unies Ban Ki moon a exhorté dimanche les candidats et les électeurs de la République démocratique du Congo (RDC) à assurer la paix pour que les élections législatives qui auront lieu lundi se déroulent le mieux possible.

Dans une déclaration à la presse, Ban Ki-moon a qualifié les élections de « primordiales pour la progression de la stabilité et le développement du pays » et il a souligné que l'ONU soutenait la RDC dans le processus électoral.

Il a lancé un appel « à l'ensemble des dirigeants politiques de la RDC à faire preuve de retenue lors des élections afin de garantir qu'elles se tiennent dans un environnement calme et sécurisé ».

« Je les appelle à respecter les consignes de la Constitution et de la loi électorale pour promouvoir un débat politique, pour respecter le résultat du scrutin et pour résoudre toute éventuelle dispute à travers les mécanismes légaux et de médiation existants », a ajouté le Secrétaire général.

Ban Ki-moon a salué la Commission nationale électorale indépendante de la RDC (CNEI) pour son « travail remarquable dans l'organisation dans les temps des élections ». Il a également remercié la mission des Nations Unies (MONUSCO) et le Programme des Nations Unies pour le développement (PNUD) pour leur soutien au processus.

Finalement, le Secrétaire général a fait part de son espoir de voir un grand nombre d'observateurs internationaux et de représentants de partis politiques présents dans les bureaux de vote lundi et pendant tout le processus électoral.

De son côté, la Représentante spéciale du Secrétaire général des Nations Unies sur la violence sexuelle dans les conflits, Margot Wallström, a jugé « complètement inacceptable » le fait que le commandant de milice Ntabo Ntaberi Sheka ait pu mener campagne en tant que candidat pour siéger au Parlement alors que des accusations de viols collectifs pèsent contre lui. Les crimes auraient été perpétrés l'année dernière dans la ville de Walikale à l'est du pays.

M. Sheka a été inculpé de crimes de violences sexuelles en janvier, après son arrestation suite aux attaques à Walikale en juillet et août 2010, au cours desquels au moins 387 civils ont été violés pendant quatre jours par les membres de deux groupes armés, les Mai Mai Sheka et les Forces démocratiques pour la libération du Rwanda (FDLR).

« Le commandant de milice Sheka est d'ores et déjà inculpé de crimes de violence sexuelle contre des citoyens à Walikale. Le fait qu'il demande maintenant leurs votes lors des élections de lundi est une grave insulte. Je demande aux autorités congolaises de le traduire devant la justice immédiatement. Les évènements terrifiants qui ont eu lieu à Walikale l'année dernière ont causé une indignation mondiale. L'impunité n´est pas une option », a souligné Mme Wallström.

 

♦ Recevez des mises à jour quotidiennes directement dans votre boîte mail - Inscrivez-vous ici.
♦ Téléchargez l'application ONU Info pour vos appareils iOS ou Android.

Suivre l'actualité : précédents articles sur le sujet

RDC : l'ONU appelle à des élections crédibles pour consolider la démocratie

Le chef de la Mission des Nations Unies en République démocratique du Congo (RDC), Roger Meece, et des membres du corps diplomatique dans ce pays ont exprimé vendredi leur soutien à tous les Congolais dans la perspective des élections présidentielle et législatives qui doivent se dérouler fin novembre.