L'ONU appelle Bahreïn à redresser la situation des droits de l'homme

24 novembre 2011

Le Secrétaire général des Nations Unies Ban Ki-moon a appelé jeudi le gouvernement de Bahreïn à mettre en œuvre les recommandations de l'enquête indépendante sur la répression brutale par les forces de sécurité contre des manifestants civils plus tôt cette année.

Dans un rapport publié mercredi, la Commission d'enquête indépendante du Bahreïn dirigée par le Professeur Cherif Bassiouni, a conclu que les forces gouvernementales ont fait usage d´une force excessive lors de la répression des manifestations qui ont secoué le royaume en février et mars. Elles auraient, selon la presse, torturé plusieurs détenus.

Selon une déclaration de son porte-parole, Ban Ki-moon a salué la publication du rapport et a indiqué qu'il allait l´étudier attentivement avec la Haut commissaire des Nations Unies aux droits de l'homme, Navi Pillay, et d'autres experts. Il a promis de suivre la réponse du gouvernement du Bahreïn.

« Le Secrétaire général appelle le gouvernement à assurer la mise en œuvre des recommandations, ce qui serait une étape logique pour répondre aux graves accusations de violations des droits de l'homme. Il espère que la publication du rapport aidera à créer des conditions favorables au dialogue, à la réconciliation et à des réformes qui satisferont les aspirations légitimes du peuple du Bahreïn », a dit le porte-parole de Ban Ki-moon.

Les manifestations qui ont eu lieu à Bahreïn plus tôt cette année s'inscrivent dans le mouvement qui a touché l'Afrique du nord et le Moyen Orient connu sous le nom de « printemps arabe » et qui a déjà fait chuté les régimes en Tunisie, en Libye, en Egypte et au Yémen.

 

♦ Recevez des mises à jour quotidiennes directement dans votre boîte mail - Inscrivez-vous ici.
♦ Téléchargez l'application ONU Info pour vos appareils iOS ou Android.

Suivre l'actualité : précédents articles sur le sujet

Bahreïn : l'ONU salue le projet de rejuger du personnel médical condamné

Le Secrétaire général de l'ONU, Ban Ki-moon, a salué le projet de rejuger plusieurs employés médicaux qui ont été condamnés récemment pour des délits liés au mouvement pro-démocratie à Bahreïn.