Somalie : l'ONU se félicite que trois régions ne soient plus en situation de famine

La chef de l'humanitaire de l'ONU, Valerie Amos.
La chef de l'humanitaire de l'ONU, Valerie Amos.

Somalie : l'ONU se félicite que trois régions ne soient plus en situation de famine

La Secrétaire générale adjointe des Nations Unies aux affaires humanitaires, Valerie Amos, s'est félicitée vendredi de l'impact positif de l'assistance humanitaire en Somalie qui a permis de sortir trois régions d'une situation de famine.

Le Système d'alerte rapide sur la famine et l'Unité d'analyse sur la sécurité alimentaire et la nutrition ont signalé vendredi que les régions somaliennes de Bay, de Bakool et du Bas-Shabelle ne sont plus considérées en situation de famine.

« Toutefois, la situation reste critique pour des millions de personnes, alors que ces zones continuent d'être confrontées à une grave crise humanitaire. Les progrès sont fragiles et doivent être maintenus », a déclaré Mme Amos dans un communiqué de presse.

La famine persiste dans des parties de la région du Moyen-Shabelle et dans des zones accueillant des déplacés internes à Mogadiscio et le long du corridor d'Afgooye, a précisé le Coordonnateur humanitaire pour la Somalie, Mark Bowden. « Les taux de malnutrition et de mortalité dans de nombreuses parties du sud de la Somalie continuent d'être les plus élevés au monde », a-t-il ajouté.

Selon M. Bowden, si les activités humanitaires sont interrompues ou réduites dans le sud de la Somalie, de nombreuses zones seront à nouveau en situation de famine. Il a ajouté que l'assistance humanitaire couvre environ la moitié des besoins de la population et qu'elle devait être augmentée.

« Nous avons besoin que la communauté internationale continue de soutenir généreusement le travail crucial que nous et nos partenaires faisons. Nous devons nous assurer que ceux qui en ont le plus besoin obtiennent de l'aide et nous devons continuer à trouver des moyens de construire la résilience des familles et des communautés afin qu'elles soient mieux équipées pour affronter l'impact de la sécheresse et de l'insécurité alimentaire extrême à l'avenir », a déclaré Mme Amos.