L'ONU appelle à des négociations directes entre Israéliens et Palestiniens

A Ramallah, en Cisjordanie, le mur séparant Israéliens et Palestiniens.
IRIN/Shabtai Gold
A Ramallah, en Cisjordanie, le mur séparant Israéliens et Palestiniens.

L'ONU appelle à des négociations directes entre Israéliens et Palestiniens

Suite à des rencontres séparées avec les deux parties prenantes à Jérusalem, les Nations Unies et ses partenaires diplomatiques du Quatuor ont exhorté lundi les Israéliens et les Palestiniens à reprendre les négociations directes sans attendre et sans conditions préalables.

Suite à des rencontres séparées avec les deux parties prenantes à Jérusalem, les Nations Unies et ses partenaires diplomatiques du Quatuor ont exhorté lundi les Israéliens et les Palestiniens à reprendre les négociations directes sans attendre et sans conditions préalables.

Les discussions qui ont eu lieu lundi s'inscrivent dans la continuité de réunions similaires du mois dernier. Lors de ces réunions les parties se sont mis d'accord pour formuler des propositions concrètes et complètes sur les questions de territoire et de sécurité d'ici trois mois.

Les réunions s'inscrivent dans une stratégie lancée en septembre par le Quatuor, qui est composé de l'ONU, l'Union européenne (UE), la Russie et les Etats-Unis afin de relancer les négociations directes suite à la rupture des pourparlers l'année dernière.

Selon l'ONU, le Quatuor a « continué d'encourager les parties prenantes à reprendre les négociations bilatéraux directes sans attendre et sans conditions préalables ». Le Quatuor a également fait appel aux deux parties afin de faire leur possible pour créer des conditions favorables à la reprise des négociations et d'éviter toutes actions provocatrices. Les envoyés du Quatuor ont annoncé leur intention d'organiser une réunion de suivi au mois de décembre.

Les négociations sont au point mort depuis la fin du mois de septembre 2010 suite au refus des Israéliens de renouveler le moratoire sur le gel d'implantation de colonies sur les Territoires palestiniens occupés. Cette décision avait poussé le président palestinien, Mahmoud Abbas, à se retirer des négociations directes avec le Premier ministre israélien, Benyamin Netanyahou.